Michel De Wolf, ancien Diable rouge et Mauve: «Cette année sera la bonne pour Anderlecht»

En forme depuis début septembre...
En forme depuis début septembre... - Belga

Certes, le classement des Bruxellois (qui sont actuellement hors du top 4) n’est pas encore à la hauteur de leurs ambitions. Mais il y a du mieux. Du nettement mieux même dans le chef des Mauves qui s’apprêtent à affronter Saint-Trond.

Une bonne forme qui fait d’ailleurs affirmer ceci à Michel De Wolf, l’ancien Diable rouge, passé également par le RSCA entre 1990 et 1994 et ensuite reconverti comme entraîneur : « Je pense qu’Anderlecht a trouvé son équipe-type et que les joueurs sont désormais bien à leur place. Ils parviennent à faire de bons résultats et ont pris confiance. »

Effectivement, une certaine forme de sérénité semble s’être installée dans la maison mauve, les Anderlechtois restant sur des résultats probants. Jugez plutôt ! Lors de leurs cinq dernières rencontres, les Bruxellois se sont tout de même payé le scalp du Standard (0-1) et de Malines (7-2). Ils ont également réussi à accrocher le Club de Bruges (1-1) et Gand (1-1). « Le RSCA a jeté de bonnes bases pour le reste de la saison », poursuit Michel De Wolf. « Je pense que cette année sera la bonne et qu’une place dans le top 4 est totalement possible. Ce qui est bien, c’est que les Mauves ont certes la possession comme ils l’avaient les années précédentes, mais qu’ils jouent désormais beaucoup plus en profondeur. Alors qu’auparavant, ils avaient quelque peu l’habitude d’attendre et de jouer latéralement. Et cela, ils peuvent le faire car ils ont des joueurs capables de jouer dos au but. En tout cas, ce qui compte pour Anderlecht, c’est d’accrocher la Coupe d’Europe. Et je pense que le club est bien parti pour y arriver. »

Mais les Mauves le savent mieux que quiconque, un championnat se joue aussi face aux plus petites équipes. Après avoir pris de bons points face à certaines grosses écuries du championnat, ils devront également engranger des unités lors de matches moins prestigieux, et ne pas gaspiller comme ils l’avaient fait fin septembre face à Ostende (1-1). « Anderlecht doit pouvoir gagner contre les plus petites écuries qui auront plutôt tendance à attendre derrière. Les dernières saisons, les Mauves ont eu du mal contre ce genre de phalanges. Mais cela va déjà mieux cette année. »

Les Bruxellois savent donc ce qu’il leur reste à faire ce dimanche, même s’ils sont conscients que leur tâche ne s’annonce pas aisée au Stayen. « Quand je jouais à Anderlecht, c’était typiquement le genre de déplacements qu’on n’aimait pas effectuer. On savait qu’on allait tomber contre des joueurs hyper motivés, avec une grosse envie et qui ne se laissent pas faire. Ils savaient qu’ils étaient moins forts mais qu’avec de la hargne, tout était possible. »

Voilà les Mauves prévenus.

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo