«Montre jamais ça à personne»: le frère d’Orelsan filme le rappeur pendant vingt ans et dévoile les images sur Amazon Prime Video

Vidéo
Clément Cotentin et son frère Aurélien, aujourd’hui connu sous le nom d’Orelsan
Clément Cotentin et son frère Aurélien, aujourd’hui connu sous le nom d’Orelsan - Isopix

Début des années 2000. Aurélien Cotentin ne s’appelle pas encore Orelsan et n’a même pas 20 ans. Il est réceptionniste dans un hôtel à Caen. Mais le jeune homme écrit déjà ses propres textes de rap. Un soir de veille, son petit frère, Clément, entre en douce sur son lieu de travail. Son but ? Réaliser un film sur le quotidien de son frangin, ses rêves de scène et ses projets musicaux. « Montre jamais ça à personne », lui dit alors Aurélien, face caméra. Une promesse que Clément ne tiendra pas, puisqu’aujourd’hui, il dévoile ses vingt années de film ou plutôt ses 2000 heures d’images condensées dans un documentaire disponible sur Amazon Prime Video.

De ses débuts houleux en tant que rappeur à sa réussite actuelle, l’interprète de « La pluie », aujourd’hui âgé de 39 ans, y apparaît sans filtre, en compagnie de ses potes artistes (Gringe, Skread, Abaye) et aux côtés de ses proches (sa mère, son père, sa grand-mère). Un portrait de famille qui se veut à la fois « intime », « pudique » et « universel », exclu de toute forme de « télé-réalité », comme le précise bien le réalisateur, journaliste et frère d’Orelsan, Clément Cotentin, dans une interview pour 20 minutes.

Le titre de cette série-docu divisée en six épisodes, « Montre jamais ça à personne », est précisément inspiré de cette phrase qu’Aurélien a dite à son frère, au moment de commencer son documentaire. On n’ose pourtant imaginer le nombre de personnes qui regardera cette série, tant on connaît le succès du rappeur, principalement auprès des jeunes. Un succès qui n’a pas toujours été évident au tout départ. Le docu le démontre assez bien, passant de l’appartement miteux du chanteur ou des petites salles qu’ils fréquentaient au début de sa carrière, à cette gigantesque tournée des Zéniths qu’il avait entrepris à la fin des années 2010. On découvre aussi une autre facette de sa personnalité, notamment quand il s’amuse à jouer au golf dans les rues de Caen, à la manière des fous de « Jackass ».

Dans son entretien accordé à 20 minutes, Clément Cotentin ne ferme pas la porte à une suite : « Je n’ai pas fini de le filmer. Il se peut que l’aventure continue ». Nul doute que ce souhait sera partagé par les fans d’Orelsan.

Notre sélection vidéo