Francis Lalanne clashe Cyril Hanouna et «Touche pas à mon poste»: « Ils ont le QI d’une moule sur un rocher, je n’y retournerai pas » (vidéos)

Vidéos
Francis Lalanne clashe Cyril Hanouna et «Touche pas à mon poste»: « Ils ont le QI d’une moule sur un rocher, je n’y retournerai pas » (vidéos)

C’est Francis Lalanne qui nous contacte. Il en a gros sur la patate, comme on dit. « C’est exactement ce que je ne voulais pas vivre en venant dans ce pays. Quand j’additionne les deux périodes durant lesquelles j’ai vécu à Bruxelles, jusqu’à aujourd’hui, ça fait 17 ans, même s’il y a eu interruption entre mes deux séjours et que je n’y suis plus officiellement résident. J’aime passionnément la Belgique. Pendant ces 17 années, je me suis interdit pour des raisons de politesse d’ouvrir ma gueule sur la moindre chose qui se passe ici sur le point politique ou social. Parce qu’en tant qu’hôte de ce pays qui m’a accueilli comme son propre je me suis interdit de me mêler publiquement en tant qu’artiste de ce qui se passe ici. En revanche, en France, c’est mon pays et je ne m’y prive pas d’exercer ma liberté d’expression. J’aime la France comme on aime son père te sa mère. Mais j’aime la Belgique comme on aime une femme. »

Et, aujourd’hui, la Belgique vous fait de la peine parce que, dites-vous, vous êtes censuré médiatiquement chez nous…

Je souffre de cette situation. En France, je suis censuré, mais je n’en souffre pas, même si ce n’est pas normal d’être censuré. Mais je tombe des nues que cela se passe aussi en Belgique. Parce que j’ouvre ma gueule en France contre ce que j’appelle, moi, la dictature sanitaire, on me dit en Belgique que je n’ai plus le droit de paraître dans un média radio ou télé.

Comment cela ?

Après être allé au festival d’Avignon avec mon spectacle « L’assemblée des loups », je devais venir jouer ici en Belgique. Mais mon attachée de presse m’a dit clairement que je devais absolument arrêter de militer contre le passe sanitaire, parce que, là, on me refuse dans toutes les émissions, même celles où je suis fréquemment invité. Je suis blacklisté, comme au temps du maccarthysme ! Et on ne sait pas savoir d’où viennent ces instructions, je l’ignore. Mais ce que je trouverais catastrophique, c’est qu’Emmanuel Macron se mette à gouverner la Belgique ! La Belgique a toujours été pour moi le symbole de ce que prétend être la France, c’est-à-dire le pays de la liberté. À deux exceptions près, je n’ai eu à ce jour aucune possibilité d’annoncer mon spectacle, puisqu’on m’interdit l’antenne. Et là, je n’ai plus aucun espoir que cela change. J’étais prêt à écrire un courrier aux chaînes de télé et aux radios pour m’engager à ne pas dire un mot du pass sanitaire, mais non… Ma vie n’est pourtant pas que manifester pour mes combats ! Je ne parle jamais de politique quand je viens faire un spectacle.

Ne vous dites-vous pas que vous vous êtes trop exposé dans les manifestations, que vous êtes allé trop loin en demandant la « destitution » d’Emmanuel Macron ?

La destitution du pouvoir existe dans l’article 68 de la Constitution française. Je pense, au contraire, que je ne suis pas allé assez loin. Je pense qu’il est très important que, nous qui contestons ces mesures sanitaires, ne nous comportions pas comme ceux qui nous censurent. Je veux conserver encore aux gouvernements le bénéfice du doute, plutôt que de les accuser, mais qu’ils reconnaissent qu’ils ont été mal conseillés et qu’il n’y a aucune raison d’obliger toute la population d’être vaccinée.

Mais les chiffres montrent aujourd’hui que le nombre d’infections au Covid est à la hausse. Twitter a d’ailleurs supprimé votre compte il y a quelques mois…

Oui et je fais un procès à Twitter. Je suis dans le même cas que Trump, même si on n’a pas les mêmes convictions.

Vous voyagez notamment de France en Belgique et un pass sanitaire est requis. Êtes-vous malgré tout vacciné ?

Je ne suis pas vacciné et je ne fais pas de test PCR. À de très rares occasions, j’ai juste fait à de rares occasions un test antigénique, notamment pour me rendre dans un ehpad. (Ces propos anti-pass n’engagent que Francis Lalanne, nous rappelons que pour voyager, un pass sanitaire est obligatoire selon la loi, NdlR).

Charlotte Vanbever

Lalanne versus «Quotidien»: «Je vais porter plainte»

En juin dernier, une altercation, lors d’un rassemblement antivax, prenait place entre Francis Lalanne et une équipe de journalistes du talk-show « Quotidien » (TMC). Suites aux événements, dont certains ont été filmés, l’équipe de Yann Barthès accusait l’artiste de l’avoir frappée et asurait, quelques heures plus tard, avoir porté plainte et l’AFP s’en était alors procuré une copie. Mais Francis Lalanne conteste toujours l’affaire, du début à la fin…

Ce qui a été montré à la télévision est « un fake » nous dit-il. Les images ont fait le tour des médias avant l’été. Mais, affirme aujourd’hui Francis, « aucune plainte contre moi n’a été déposée. Tout ça est faux. Par contre, moi, je vais porter plainte pour diffusion de fausses nouvelles et atteinte au droit à l’image ! ‘Quotidien’ a décidé de nuire à mon image pour faire sa promotion ». Et l’artiste de se défendre. « À aucun moment sur les images qui ont été montées par eux on ne me voit frapper le journaliste. Je suis en colère et je lui demande d’éteindre la caméra. J’ai 50 attestations de témoins pour le prouver. Et si je n’ai pas encore porté plainte aujourd’hui, c’est parce que ces gens de ‘Quotidien’ ne valent pas un crachat. Il y a tellement de choses graves qui se passent et pour lesquelles je me bats que j’estime que mon cas personnel n’est pas prioritaire dans les tribunaux ».

Ch.V.

«Hanouna m’appelle mais je n’y retournerai pas!»

« Chez Hanouna, je refuse d’y aller aujourd’hui alors qu’il m’appelle tous les jours. Je ne veux plus cautionner son émission. C’est une émission acceptable pour traiter de sujets légers mais quand ce sont des sujets graves, on ne peut pas se livrer en pâture à des gens qui sont dans une logique de meute, qui sont là pour abattre, et qui ont le QI d’une moule sur un rocher ! Par deux fois, j’ai fait cette émission et par deux fois la production n’a pas suivi ses engagements qui étaient que je ne débattrais qu’avec Cyril. Je n’y retournerai jamais, sauf si je recevais des excuses publiques de Cyril », nous explique Francis tout en réalisant : « Oui, là, je m’autocensure ! (rires) ».

Il relance les Gilets jaunes

Loin des plateaux de télé, le saltimbanque s’est tourné ces jours-ci vers un mouvement qu’il connaît bien de l’intérieur ; les Gilets jaunes. Il y a trois ans, il portait le combat. Là, il le relance, nous annonce-t-il. « Ce que j’ai vécu avec les Gilets jaunes, c’est la fraternité. Et le pire aujourd’hui, c’est qu’il n’y a plus de fraternité, on est divisé, plus que jamais. Ce mouvement dont j’ai été un des animateurs s’est effondré à cause des infiltrations politiciennes, à cause des egos de certains qui ont détruit le mouvement de l’intérieur. Je vais remettre mon gilet jaune et par-dessus une blouse blanche en solidarité au personnel soignant. » Mais cette fois, plus de politique en gilet, même si les élections présidentielles approchent. « On ne veut pas politiser le débat. » Mais Francis Lalanne, qui confie « voter blanc », n’envisage-t-il pas tout de même un retour en politique ? Non. « C’est absurde de penser qu’aujourd’hui on censure Francis Lalanne et qu’on fasse une telle promotion d’Eric Zemmour. Il est là pour recréer un mouvement d’extrême-droite, xénophobe, quand Marine Le Pen paraît modérée à côté de lui. J’ai été un responsable politique pendant 10 ans, j’ai fondé l’alliance écologiste indépendante qui a deux députés européens. J’ai quitté ce mouvement en créant la liste des Gilets jaunes aux Européennes. Là, j’ai connu un échec terrible et j’ai eu du mal à m’en remettre. J’ai décidé de ne plus avoir de responsabilité politique ».

Ch.V.