Le Standard a identifié l’auteur du jet de pétard sur Romo: «Il sera lourdement sanctionné par les autorités, mais aussi le club»

Photonews
Photonews

Le duel entre le Standard et OHL samedi dernier a été marqué en toute fin de rencontre par un pétard qui a explosé à quelques centimètres de Rafel Romo, le gardien louvaniste. Ce lundi, le club liégeois a annoncé avoir identifié l’auteur du jet de pétard.

« L’auteur a été identifié grâce aux caméras du stade et sera lourdement sanctionné par les autorités, mais également par notre club qui va lui interdire l’accès à notre stade pour une période équivalant à la peine maximale en vigueur », a communiqué le Standard, qualifiant ce geste de « totalement irresponsable ». « Cela n’a rien à faire dans un stade de football. »

« Notre club n’a aucun souci avec la liberté d’expression (banderoles, chants négatifs, sifflets…) qui fait partie du football : nos supporters ont le droit d’exprimer leur mécontentement quand la situation sportive ne correspond pas à leurs attentes », poursuit le club. « Par contre, tous les actes qui portent atteinte à l’intégrité physique d’autrui (joueurs, staffs, arbitres, stewards, ramasseurs de balle, membres de notre personnel ou sous-traitants et bien sûr nos supporters) sont totalement prohibés et seront sanctionnés très sévèrement selon le principe de la tolérance zéro. »

Le Standard conclu en réitérant ses « plus sincères excuses » à Romo. « Nous espérons que son état de santé va rapidement revenir à la normale. » Samedi juste après la fin du match, Bruno Venanzi, président du Standard, était descendu dans le vestiaire d’OHL pour s’excuser en personne auprès du gardien vénézuélien.

Foot amateur et chez les jeunes