Début des travaux de la commission de planification de l’offre médicale en Fédération Wallonie-Bruxelles

Début des travaux de la commission de planification de l’offre médicale en Fédération Wallonie-Bruxelles
Belga Images

Cette Commission, dont la création était prévue par la déclaration de politique communautaire, était attendue de longue date par les acteurs du secteur de la santé (doyens de médecine, associations professionnelles, etc.). Elle aura pour principale mission de rendre des avis au gouvernement de la Fédération Wallonie-Bruxelles sur la détermination des sous-quotas pour l’accès aux différents masters de spécialisation en médecine et dentisterie.

« Ces travaux permettront de coller davantage aux besoins de la population, d’éviter les déséquilibres au niveau de l’offre et de la demande en professionnels des soins de la santé, et de faire la promotion des spécialités en pénurie », a souligné Valérie Glatigny.

Selon la ministre, un seul sous-quota existe actuellement en Fédération Wallonie-Bruxelles. Il s’applique aux médecins généralistes, qui doivent constituer au moins 43 % du total des étudiants entamant une spécialisation.

Par ailleurs, la crise sanitaire a posé la question plus large de l’offre de soins en Fédération Wallonie-Bruxelles. Généralistes, spécialistes : tous sont montés au front, mais l’offre n’était pas égale partout pour les citoyens. « Or, la qualité des soins dépend aussi de l’offre de professionnels disponibles. Il est donc essentiel de parvenir à cartographier l’offre médicale et d’objectiver les besoins qui en découlent, tant sur le territoire wallon que bruxellois », a insisté la ministre de l’Enseignement supérieur.

« Le travail de la commission de planification permettra donc également d’alimenter l’organe interfédéral en cours de création, avec des données objectives sur les besoins francophones », a-t-elle encore dit.

Notre sélection vidéo