Non-lieu pour les Témoins de Jéhovah accusés de non-dénonciation d’abus sexuels

Les Témoins de Jéhovah.
Les Témoins de Jéhovah. - Illustration/AFP

À la fin de l’année 2018, une série de rapports internationaux mettaient en lumière les témoignages d’anciens membres des Témoins de Jéhovah, victimes d’abus sexuels durant leur enfance. En Australie, il était question d’au moins 1.800 victimes et au moins 300 au Pays-Bas. Dans le Plat Pays, une association assurait avoir récolté au moins 90 témoignages d’abus au sein de la communauté jéhoviste belge. L’alerte étant donnée, le parquet fédéral avait ouvert une enquête à l’encontre de l’ASBL des Témoins de Jéhovah. Une perquisition avait été menée au siège social de l’association situé à Kraainem, en avril 2019.

Après deux ans d’enquête et de multiples auditions, la chambre du conseil de Bruxelles a statué et prononcé le 5 octobre dernier un non-lieu pour absence d’infraction en faveur de l’organisation Témoins de Jéhovah, nous confirme de concert le parquet fédéral et l’avocat de l’ASBL, Me Dimitri De Béco.

> Voici les explications du porte-parole du parquet fédéral

> Les témoignages d’anciens membres du mouvement évoquent ‘des tribunaux internes’