Céline ne peut même plus profiter de son jardin à cause de sa voisine et des ordures: «Le stress de vivre à côté d’elle me rend physiquement malade»

Photo prétexte
Photo prétexte - CF

Céline*, 51 ans, est complètement épuisée par cette situation qui dure depuis onze ans maintenant. « Un enfer vivant », comme elle le résume dans les colonnes du Sun. De l’autre côté de sa palissade se trouve le jardin de sa voisine avec 11 enfants… jonché de dizaines de sacs-poubelles et d’objets encombrants (jouets pour enfants, des chaises cassées…) en tout genre. Des ordures et crasses qui attirent, selon la quinquagénaire, des rats « d’au moins 30 centimètres ».

La situation est telle que Céline n’ose plus se rendre dans son jardin ni même accueillir chez elle l’un de ses dix petits-enfants. Un véritable crève-cœur pour elle qui occupe cette maison du sud du Pays de Galles depuis plus de 17 ans maintenant. « Le stress de vivre à côté d’elle et de sa famille me rend physiquement malade de dépression et d’anxiété », confie-t-elle au journal britannique.

Un calvaire pendant lequel elle a vu toutes sortes de choses. « J’ai vu des rats d’au moins 30 centimètres ramper dans son jardin et grimper par-dessus la clôture pour venir dans mon jardin. Je ne peux pas risquer que mes petits-enfants s’approchent d’eux, donc je ne pense plus pouvoir les avoir du tout. » Malgré quelques tentatives de dialogue, les discussions n’ont jamais avec sa voisine n’ont jamais permis de trouver un accord.

La voisine donne, elle, une version contradictoire : le désordre est récent, suite à une perte familiale dans la famille, mais qu’elle est en train de débarrasser le bazar. « J’ai loué une benne il y a une semaine et je l’ai remplie de déchets généraux de la maison dans le cadre de ce nettoyage. Franchement, j’ai des choses plus importantes à penser que les gens qui se plaignent d’un peu d’ordures ménagères dans mon jardin. »

De con côté, Céline avait déjà porté plainte à l’autorité locale. Le conseil confirme qu’une plainte récente a été déposée et que d’autres remontent à plusieurs années.

*Prénom d’emprunt.

Notre sélection vidéo