La semaine de vérité du RSCA débute ce dimanche pour la 50e de Kompany face au Beerschot

La pression monte pour Vincent Kompany.
La pression monte pour Vincent Kompany. - Belga

S’il n’est pas trop tard, il est en tout cas grand temps, pour Anderlecht, de renouer avec la victoire. Depuis le succès étriqué (0-1) qu’il avait arraché au courage à Sclessin, le 19 septembre dernier, le Sporting bruxellois a en effet enchaîné quatre partages : contre Gand (1-1), à Ostende (2-2), contre Bruges (1-1) et à Saint-Trond (1-1).

À l’issue de chacun de ces matches, il y avait toujours un sentiment de trop peu qui planait dans l’air, qu’il soit justifié ou non d’ailleurs. Dimanche passé, sur le synthétique du Stayen, les Mauves étaient passés à côté de leur sujet.

« Pourtant, on avait failli gagner en jouant mal », rappelle Vincent Kompany. « Un mauvais match, cela arrive. Le dernier en date, c’était celui que nous avions disputé à Vitesse Arnhem (NDLR : en tour préliminaire retour de la Conférence League, le 26 août). Aujourd’hui, on veut remettre les pendules à l’heure. C’est le moment de mettre de l’intensité et, surtout, de se montrer efficaces. »

La 50e de Kompany

Ces huit prochains jours, le RSCA va entamer une semaine de vérité qui appelle des résultats plus probants, au risque de faire naître une crise déjà latente. Avant de se rendre à la Louvière en Coupe, mercredi soir, puis d’accueillir OHL dimanche prochain, les Anderlechtois recevront d’autres Mauves déboussolés ce dimanche : le Beerschot.

Jusqu’ici, en effet, les sociétaires du Kiel n’ont engrangé que deux unités sur les 33 déjà mises en jeu, détenant cette lanterne rouge encombrante. Ce qui a notamment déjà coûté son poste à Peter Maes, remplacé depuis trois matches (1 sur 9) par l’Argentin Javier Torrente, un ancien adjoint de Marcelo Bielsa.

« Peu importe la situation des Anversois », a insisté Vincent Kompany, qui dirigera l’équipe bruxelloise pour la 50e fois, ce dimanche. « Ce n’est pas notre problème ! On a faim, on veut les mettre sous pression et engranger une nouvelle victoire. Ce sera l’occasion, pour nous d’essayer d’être enfin récompensés des efforts que l’on produit lors de chaque entraînement. »

Pour ce faire, peut-on s’attendre à des changements d’effectif ? Même s’il n’a pas levé le voile sur l’équipe de base qu’il alignera ce dimanche, Vincent Kompany pourrait procéder à une certaine rotation, notamment en zone offensive où, affirmait-il dimanche dernier, les joueurs « montrent de belles choses à l’entraînement » et « méritent tous de recevoir une chance » sans toutefois les reproduire forcément en match. Au Stayen, Zirkzee et Kouamé n’avaient guère convaincu. Sera-ce la chance de Raman, qui a souvent été décisif lors de ses montées au jeu et reste le meilleur buteur du club (6 buts) ? Ou de Yari Verschaeren, que le public bruxellois tient en haute estime ? Possible…

Vincent JOSÉPHY

Notre sélection vidéo