Kayembe, c’est de nouveau top

Kayembe, c’est de nouveau top
Photonews

Net et presque sans bavure. Les Zèbres ont fait les choses proprement vendredi au Pairay (1-3) pour écarter les Sérésiens des débats pendant 80 minutes. Ce succès vient confirmer celui conquis cinq jours plus tôt contre Genk. Et cette fois, les Carolos n’ont pas eu besoin d’un Hervé Koffi en état de grâce entre leurs perches. Du coup, ils bissent un succès pour signer un 6 sur 6, ce qui ne leur était arrivé qu’à une seule reprise cette saison.

« On voulait enchaîner avec les victoires », confirme Joris Kayembe, auteur d’une excellente prestation sur son flanc gauche, émaillée d’un assist sur le 2e but des siens. « Après notre belle victoire contre Genk, on avait à cœur de ne pas se relâcher. Jusqu’ici, on jouait bien sans toujours enchaîner les résultats. On a prouvé qu’on pouvait le faire. On s’est, cette fois encore, créé beaucoup d’occasions et on aurait pu inscrire plus que trois buts. »

Finalement, le seul moment d’incertitude vendredi soir aura été l’interruption d’une dizaine de minutes, pour jets de bière sur le banc carolo puis sur le 4e arbitre lors d’un changement. « Sur le moment, on ne comprenait pas ce qui se passait », explique-t-il. « Nous sommes restés calmes, il ne fallait pas s’affoler non plus. L’important pour nous, c’était de continuer comme on avait joué jusque-là, sans nous relâcher. »

En délivrant un centre parfait pour Gholizadeh, après avoir subtilisé le ballon dans les pieds d’un Sambu Mansoni complètement déboussolé, l’ancien joueur de Porto et de Nantes a délivré au passage son 4e assist de la saison. Si on ajoute son but en journée d’ouverture à Ostende, cela fait des jolis chiffres pour un joueur appelé à se multiplier sur tout le flanc gauche. Pour les observateurs du Sporting, Kayembe, à 27 ans, est revenu, après avoir sombré avec ses équipiers au fil des matches la saison dernière, au niveau qui lui avait valu quelques minutes sous la vareuse des Diables rouges (contre la Côte d’Ivoire et la Suisse) il y a un an. La méthode Still semble lui convenir à merveille. « La saison dernière, c’est toute l’équipe qui était moins bien à un certain moment. C’était collectif et nous étions tous sur le même bateau. Personnellement, c’était aussi la première fois que j’enchaînais autant de matches. J’ai donc pu être un peu moins bien physiquement. Désormais, je me sens de nouveau très bien. Ce rôle me convient, même s’il faut combiner le travail offensif et les tâches défensives. J’essaie simplement d’enchaîner et d’augmenter mes statistiques. » Assez pour se rappeler au bon souvenir de Roberto Martinez ?

Vincent Lothaire

Notre sélection vidéo