Benito Raman après Anderlecht-Beerschot (4-2): «Une série peut rapidement vous ramener vers le haut… ou le bas»

Benito Raman décisif. @News
Benito Raman décisif. @News

Ayant retrouvé un statut de titulaire, Benito Raman a savouré la rencontre de dimanche face à l’un de ses nombreux anciens clubs. Surtout que le succès qui l’a sanctionné s’était fait attendre depuis la mi-septembre.

« Gagner aujourd’hui était quasi une obligation comme elle le sera à La Louvière (NDLR : en Coupe) ou face à OHL », glissait-il. « Dans ce championnat, on sait que si on réalise une série, elle peut nous mener rapidement vers le haut… ou vers le bas. »

De retour dans le Top 5, les Anderlechtois n’ont que 3 unités de retard sur Bruges, que tout le monde présente comme inabordable. « Ça, c’est votre vision, pas la nôtre », s’emporte Raman. « On a partagé l’enjeu contre eux, mais on méritait sans doute de gagner. On se focalise sur nos matches, sur notre travail. Ici, on a globalement maîtrisé notre sujet même si on a un peu perdu le fil quand nos réservistes sont montés au jeu. Ils voulaient se mettre en évidence, ce qui est logique. Du coup, on a peut-être manqué de lucidité pour éviter ces deux buts encaissés. Heureusement qu’on n’en a pas pris un 3e sinon, ça aurait pu être la panique. »

Sifflé par les fans du Beerschot, Raman ne s’en est pas trop formalisé. « Certains m’ont chambré mais ils étaient peut-être 30 ou 40. Ce ne sont pas de vrais supporters, ça. De mon côté, je n’ai pas voulu célébrer mon but par respect pour ce club où j’ai vécu de bons moments. Après, je ne sais pas si on va m’attribuer ce but (NDLR : la Pro League a estimé qu’il s’agissait d’un auto-but) mais c’est le mien, parce que je dévie le ballon en direction du but. Après, peu importe, finalement : il était surtout important de renouer avec la victoire. »

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo