Abonnez-vous pour 1€

Le PTB réclame la baisse des accises sur l’essence et le diesel: la hausse des prix rapporterait 547 millions à l’État

Raoul Hedebouw
Raoul Hedebouw - Isopix

Le montant des accises n’évolue pas en fonction des fluctuations du prix des carburants. Il se maintient, « à 0,6002 euro par litre depuis 2018. Par contre, la TVA est une taxe proportionnelle : un taux de 21 % s’applique, y compris sur les accises. C’est donc une taxe sur une taxe », résume le député. À chaque hausse, les recettes de la TVA augmentent automatiquement. « Selon nos calculs, la TVA sur l’essence et sur le diesel a rapporté 2,18 milliards à l’État en 2020. En partant de l’hypothèse d’une hausse des prix de 25 %, le supplément de recettes TVA s’élèverait donc à 547 millions ».

Et de poursuivre son raisonnement : « La flambée actuelle des prix à la pompe n’est pas due à la hausse du pétrole brut, mais au marché du ‘Platts’, le pétrole raffiné utilisé en Europe occidentale. Ce sont donc les multinationales pétrolières qui, tirant parti de leurs activités de raffinage, profitent du jeu de l’offre et de la demande pour accroître leurs prix et les profits ». Selon le PTB, les bénéfices des sociétés ont explosé durant les deux premiers trimestres de 2021, pour atteindr

e 7,83 milliards d’euros chez Shell, 6,37 milliards chez ExxonMobil, 6,71 milliards chez BP et 4,73 milliards chez Total. « Ils devraient augmenter plus encore dans la seconde moitié de 2021. Il serait donc normal de mettre ces multinationales à contribution », juge Marco Van Hees.

Baisser les accises

La flambée des carburants s’ajoute à celles de la facture d’électricité et de chauffage. « Cela devient intenable », dit-il. « C’est pourquoi le PTB défend une baisse des accises de manière à maintenir le litre d’essence 95 et de diesel sous la barre de 1,40 euro le litre, TVA comprise ». De quelle manière ? « Nous avons émis l’idée. Nous allons voir maintenant de quelle manière l’appliquer ».

Mais une telle baisse d’accises ne va-t-elle favoriser les carburants fossiles alors que les jeunes réclament des changements sur le climat ? « Ce serait vrai s’il y avait une véritable alternative en matière de transports en commun. La hausse actuelle ne va pas pousser les gens à abandonner leur voiture. Ils ont en besoin. Simplement, cela va encore augmenter le coût pour eux. Rappelons que le montant de 1,40 € le litre est déjà assez dissuasif », conclut le député PTB.