Martha, 73 ans, l’une des dernières personnes à vivre avec un poumon d’acier, est très inquiète: «Je suis vraiment désespérée»

Martha, 73 ans, l’une des dernières personnes à vivre avec un poumon d’acier, est très inquiète: «Je suis vraiment désespérée»
Twitter @delise54

Depuis ses 5 ans, en 1953, Martha souffre de poliomyélite. Alors qu’une épidémie fait rage en Oklahoma à l’époque, la petite fille se réveille avec des douleurs à la gorge et au cou. À l’hôpital, le diagnostic tombe, et l’enfant est hospitalisée durant six mois et placée dans un poumon d’acier.

Dans les cas graves de polio, le virus peut affecter le système nerveux et paralyser les personnes qui en sont atteintes. Dans le cas de Martha, la maladie a affaibli ses muscles respiratoires, d’où la nécessité d’un poumon d’acier. Ce caisson de deux mètres de long, dans lequel on glisse le corps entier hormis la tête, prend en charge la respiration en créant une pression négative pour remplir les poumons d’air, puis une pression positive pour l’expiration.

Après 68 années passées dans un poumon d’acier, Martha est inquiète. Les pièces s’usent et une partie de celles-ci ne sont plus fabriquées. En effet, la quasi-totalité des patients nécessitant une telle aide respiratoire sont passés à des technologies plus modernes. « J’ai essayé toutes les alternatives, mais le poumon d’acier est le moyen le plus efficace et le plus confortable pour moi », a-t-elle déclaré à Radio Diaries.

Alors qu’elle avait déjà remplacé son poumon d’acier dans les années 1990 grâce à un Américain qui en possédait un, elle fait à présent tout pour faire durer les dernières pièces dont elle dispose pour faire fonctionner sa machine, dans laquelle elle est obligée de passer ses nuits. « Je suis vraiment désespérée », confie-t-elle. « C’est ce qui me maintient en vie. Ça me guérit. Cela me permet de respirer à nouveau le lendemain. Je le considère comme un ami, un ami très cher. »

Notre sélection vidéo