La bourgmestre de Spa impose une limitation de la capacité du centre de Sol Cress, Fedasil le déplore

La bourgmestre de Spa impose une diminution des résidents à 200 à Sol Cress.
La bourgmestre de Spa impose une diminution des résidents à 200 à Sol Cress. - V.M.

Cette décision intervient, selon la bourgmestre, en raison de risques majeurs pour la sécurité et à la santé publique. Il y a actuellement 415 résidents à Sol Cress.

La bourgmestre pointe trois problématiques qui justifient cet arrêté. La première est d’ordre sécuritaire, plusieurs interventions de police ont en effet dû avoir lieu tant sur le site de Sol Cress que sur le territoire communal suite à des incidents liés à des résidents du centre.

La deuxième problématique concerne des déficiences dans le plan incendie du centre et la troisième pointe les manquements aux règles sanitaires en vigueur en raison du coronavirus dans le centre.

Pour ces trois raisons Sophie Delettre a décidé d’imposer une limitation de la capacité d’accueil du centre jusqu’à 300 pour le 1er novembre et jusqu’à 200 personnes pour le 8 novembre. Elle précise que cette limitation n’est pas définitive et que la situation sera réévaluée tous les 15 jours. « Si la situation ne s’améliore pas rapidement, je serai contrainte d’envisager l’adoption de mesures plus contraignantes, et notamment la fermeture provisoire complète du centre », conclut-elle

« Cette décision tombe au plus mauvais moment », regrette Benoît Mansy, porte-parole de Fedasil. « Nous sommes dans un contexte où nos centres ont tous un taux d’occupation important, certains sont même saturés et la capacité est en plus limitée par les places de réserve que nous devons réserver aux résidents contaminés par le covid. Nous avons bien pris note de cette décision et nous sommes en train d’analyser les possibilités qui s’offrent à nous pour y faire face. »

Le personnel de Fedasil a par ailleurs déposé mercredi un préavis de grève pour l’ensemble des centres de Belgique.

Notre sélection vidéo