Fraudes et erreurs dans les aides corona: 200 millions d’euros récupérés sur 9 milliards octroyés pour le chômage économique et le droit passerelle

Dermagne et Clarinval : les « maîtres des aides ».
Dermagne et Clarinval : les « maîtres des aides ». - Belga

Tant le ministre de l’Emploi, Pierre-Yves Dermagne (PS), que celui des Indépendants, David Clarinval (MR), défendent l’importance cruciale des aides corona au moment où la crise sanitaire a secoué notre monde du travail comme un prunier. Le chômage temporaire (salariés) et le droit passerelle (indépendants) sont certainement les deux mesures qui ont accaparé le plus de moyens.

Au plus fort de la crise, le chômage temporaire a concerné jusqu’à 825.000 travailleurs. « Il reste vital pour une série d’entreprises et de travailleurs, victimes de ce que j’appelle un « covid long économique ». Selon une étude du bureau SD Worx, ce sont surtout les PME de moins de 20 travailleurs qui y recourent encore », dit le ministre Dermagne, citant les secteurs de l’horeca (8,5 %), aérien (6,8 %), du divertissement (près de 5 %), les coiffeurs et les instituts de beauté (3,7 %) et la construction (3,5 %) qui ont été les plus gros demandeurs. En tout, plus de 4 milliards d’euros d’aides déjà distribuées pour le chômage temporaire et plus de 5 milliards pour le droit passerelle.

►► Si ces aides ont eu un rôle vital, une partie a été indûment perçue, à cause de fraudes, voire d’erreurs ou de malentendus.

►► Et le résultat est assez impressionnant, même s’il ne concerne qu’un pourcentage limité par rapport aux montants déboursés.

Notre sélection vidéo