Scandale dans une église à Bree, dans le Limbourg: un couple se filme en plein rapport sexuel sur l’autel, «cela dépasse toutes les limites»! (vidéo)

Vidéo
Scandale dans une église à Bree, dans le Limbourg: un couple se filme en plein rapport sexuel sur l’autel, «cela dépasse toutes les limites»! (vidéo)
Capture vidéo TVL/ D.R.

« Cela dépasse toutes les limites de la décence, du respect et de la raison », déclare au Nieuwsblad Ernest Essers, président de la fabrique de l’église Saint-Michel, qui a reçu la vidéo via WhatsApp où elle s’est rapidement propagée.

Sur ces images explicites qui font évidemment scandale, on y voit un couple en pleine relation sexuelle derrière l’autel, avec l’église de Bree en arrière-plan. « Nous allons porter plainte à la police. Nous voulons gérer cela discrètement, mais bien sûr, nous voulons qu’il y ait un suivi. Cela nous dépasse. »

« Nous prenons cette affaire très au sérieux », a déclaré la police locale à HLN. « Oui, ce sont des infractions pénales. Il s'agit d'attentat à la pudeur et de diffusion d'images pornographiques. Nous ne pouvons rien communiquer de plus ».

« La police a annoncé qu’un double procès-verbal avait été dressé officiellement », a déclaré au Nieuwsblad la bourgmestre Liesbeth Van der Auwera (CD&V). Cela signifie que des recherches seront menées pour identifier les protagonistes qui se sont filmés dans cette position dans un bâtiment accessible au public.

« Beaucoup de gens entrent ici... »

Toutefois, le jeune couple est méconnaissable dans le petit film de quelques secondes. De la jeune femme aux cheveux roux, on ne voit que son dos nu. Le jeune homme avait quant à lui le téléphone portable à la main pour filmer leurs ébats…

Comme l’écrit le Nieuwsblad, cette église, qui vient d’être rénovée, est ouverte au public depuis l’été dernier, de 8 heures à 17 heures. Le couple a peut-être été actif en pleine journée, même s’il est difficile de déterminer quand ces images ont été tournées avec précisions. L’église avait été fermée pour restauration pendant plusieurs années. « Beaucoup de gens entrent pour voir la restauration, mais pas de la même manière que ce couple le fait », explique encore Ernest Essers, avec une pointe d’ironie.

Le lieu est doté de caméras de surveillance, ce qui pourrait faciliter l’identification des deux protagonistes…