Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Le parquet requiert jusqu’à 12 ans de prison pour un réseau de prostitution nigérian

Le parquet requiert jusqu’à 12 ans de prison pour un réseau de prostitution nigérian
DR.

Le parquet de Bruxelles a requis vendredi des peines de prison allant de trois à douze ans à l’encontre de cinq personnes suspectées de faire partie d’une organisation criminelle. Elles sont poursuivies pour avoir attiré des jeunes filles nigérianes en Belgique sous de faux prétextes afin de les contraindre à se prostituer.

Le phénomène de ces réseaux de prostitution nigérians amenant des jeunes filles en Europe est connu depuis des années. Les victimes sont généralement recrutées dans les régions les plus pauvres du Nigéria, où on leur fait croire qu’elles pourront travailler comme nettoyeuses ou esthéticiennes. Elles sont ensuite amenées à Bruxelles via la Libye et l’Italie par les routes des passeurs.

Avant leur départ, elles doivent se soumettre à une cérémonie, au cours de laquelle elles promettent de ne pas fuir ou alerter les autorités. Une fois arrivées à Bruxelles, on leur indique qu’elles doivent régler une dette de 20.000 à 30.000 euros pour leur voyage, et elles sont ainsi contraintes à la prostitution.

D’autres réseaux démantelés

Des réseaux similaires ont été démantelés et leurs membres condamnés à plusieurs reprises ces dernières années. L’enquête sur les cinq suspects qui ont comparu vendredi, avait débuté il y a deux ans quand deux victimes avaient trouvé le courage de raconter leur histoire auprès d’une ONG spécialisée de Lille.

Les deux victimes s’étaient retrouvées dans un appartement sur la Chaussée de Ninove à Molenbeek-Saint-Jean et devaient se prostituer dans les quartiers autour de la gare du Nord de Bruxelles. Elles devaient ensuite restituer l’argent qu’elles gagnaient à M., une des « madames » du quartier, qui le blanchissait ensuite. M. travaillait elle-même au service du meneur de la bande F. Le troisième suspect, T., devait, quant à lui, garder les filles sous contrôle.

Le parquet a requis 12 ans de prison pour F, 10 ans pour M., et trois ans pour T. et les deux autres suspects. Le jugement tombera dans quelques semaines.

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo