«C’est une humiliation publique»: cette couverture de magazine vécue comme un traumatisme par Angèle (photo)

Photo
«C’est une humiliation publique»: cette couverture de magazine vécue comme un traumatisme par Angèle (photo)
Netflix

Le 26 novembre prochain, Netflix dévoilera le documentaire consacré à Angèle. On devrait la découvrir dans son intimité, sur sa musique, sur sa notoriété fulgurante et tout ce qui s’en suit.

Comme on peut le voir dans la bande-annonce, la chanteuse belge se confie sur un épisode traumatisant : la publication d’une photo pour laquelle elle n’avait pas donné son accord.

Sur cette photo, que montre le documentaire, on peut voir Angèle, qui se cache les seins avec deux poivrons, alors que son jean laisse entrevoir des collants en résille. C’est le magazine Playboy qui avait alors dévoilé la photo, en 2017.

Capture d’écran bande-annonce Netflix

Et pourtant, quand le magazine a contacté l’artiste, la démarche était « gentille » : « Ils ont pour envie de refaire leur image. […] Ils me proposent de faire un portrait et m’expliquent que la prochaine réédition de leur magazine sera axée sur le féminisme, axée sur la parole des femmes et que ce n’est plus du tout sexuel  », explique Angèle dans son documentaire, comme le rapporte Télé-Loisirs.

Elle poursuit : « J’hésite un peu et je finis par accepter parce que je me dis que ça peut être hyper-intéressant de parler de ma musique dans ce magazine. Que ça apporte un décalage et que les choses vont peut-être un peu changer. Je donne une interview, ça se passe très bien. »

Le portrait dressé dans le magazine ne plaît pas à Angèle, mais c’est surtout la photo qui lui pose problème : «  On l’avait faite quelques mois avant de manière très innocente. Et puis on avait décidé de ne pas la garder, ne pas la sortir : comme j’étais blonde, jeune, avec du rouge à lèvres rouge et que je faisais une petite moue, on s’était dit que c’était peut-être un peu trop dans la séduction. Et j’avais déjà très peur à l’époque d’être sexualisée à mon insu. Avec cette photo-là, je ne me sentais pas hyper à l’aise.  »

Angèle n’étant à l’époque pas très connue du grand public, les médias ont relayé l’information en titrant sur le fait qu’il s’agissait de la fille de Laurence Bibot et Marka. « C’est une humiliation publique, avec mes parents qui y sont mêlés », l’entend-on dire, en pleurs, dans la bande-annonce du documentaire, à découvrir le 26 novembre sur Netflix.