Nicolas («Le meilleur pâtissier»): «J’ai parfois dit de grosses bêtises»

Nicolas («Le meilleur pâtissier»): «J’ai parfois dit de grosses bêtises»
Marie Etchegoyen / M6

Comment expliquez-vous votre départ de l’émission ?

À force d’appréhender les épreuves de façon très zen, il me manquait toujours la moitié de mes préparations à une demi-heure de la fin. (Rires.) J’aurais peut-être dû me montrer moins ambitieux. Mais ce n’est pas grave, je n’étais pas vraiment dans un esprit de compétition.

Il faut dire que le niveau est très élevé, cette année…

En effet. J’ai remarqué que certains candidats avaient pris le temps de réviser les techniques et développer leur art pendant le confinement. Chose que je n’ai pas eu l’occasion de faire, car durant la pandémie, j’étais sur les routes pour mon travail. J’ai donc misé sur mon côté loufoque et amusant pour réaliser des pâtisseries à mon image.

Que retenez-vous de cette expérience ?

Que du positif ! J’ai gagné en maturité. Mes gâteaux ne sont plus les mêmes qu’avant. Je retiens aussi la superbe entente entre pâtissiers. J’étais dans le fond de la tente avec le Belge Alexandre. J’habite à Dunkerque et je travaille souvent en Belgique, donc on a un peu les mêmes racines. On aime s’amuser, boire un petit coup de temps en temps… Puis, je me souviendrai longtemps de ma rencontre avec Pierre Hermé et de ses compliments sur mon gâteau en forme de Baloo.

Vos petites blagues osées n’ont pas manqué de faire réagir les téléspectateurs sur les réseaux sociaux. Et certains n’ont pas été tendres avec vous…

À vrai dire, je ne prête pas trop attention à ce genre de commentaires. La production nous avait mis en garde contre les haters. Malgré ma grosse carcasse, je suis quelqu’un d’assez sensible. Du coup, j’évite de me prendre la tête avec des choses inutiles. Avant l’émission, ma femme m’avait dit de ne pas aller trop loin dans mes blagues. Mais je reste un Dunkerquois, à l’image de son carnaval et de son humour en dessous de la ceinture. On ne l’a pas vu à l’écran, mais mes camarades me taquinaient pas mal. Du coup, j’entrais dans leur jeu. J’ai parfois dit de grosses bêtises. C’était limite. Je craignais un peu le montage pour ça, mais au fond, je l’assume. Je ne suis pas que le gros lourdaud routier qui fait des blagues de c**. Je suis juste un grand comique qui adore faire rire.

Vous envisagez une reconversion dans le monde de la pâtisserie ?

Je ne compte pas arrêter mon travail tout de suite, mais j’y pense petit à petit. Une dame m’a sollicité pour réaliser une pièce montée de mariage. Et je vais aussi animer un atelier pour des petites filles de 8 ans qui sont fans de moi.

« Le meilleur pâtissier », 22 novembre, 20h30, RTL-TVI.

Notre sélection vidéo