Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

«Les mesures supplémentaires sont logiques en soi»: Bart De Wever estime cependant qu’il s’agit d’une «douche froide» pour les vaccinés

«Les mesures supplémentaires sont logiques en soi»: Bart De Wever estime cependant qu’il s’agit d’une «douche froide» pour les vaccinés
Isopix

« Je regarde la situation comme tout le monde, c’est-à-dire avec mes deux yeux sur le secteur de la santé », dit-il. Bart De Wever qualifie cette décision de « douche froide » pour les personnes qui se sont fait vacciner dans l’espoir de retrouver leur totale liberté.

« Ce ne sont pas tant les infections qui sont pertinentes aujourd’hui, mais la pression exercée sur les hôpitaux et les soins primaires », a déclaré Bart De Wever en avant-première du comité de consultation de mercredi après-midi. « Espérons que nous serons bientôt au sommet. Les gens prédisent la fin du mois de novembre et j’espère que c’est vrai. Il est logique que nous devions prendre des mesures pour contenir la circulation du virus en attendant. La seule chose qui me dérange, c’est le fait que chacun trouve nécessaire d’exiger ou de refuser ses propres mesures à l’avance, ce qui signifie que plus personne ne comprend vraiment ce qui se passe. »

Bart De Wever pense toutefois qu’il y a unanimité au sein de la Wetstraat pour dire que « nuire encore plus à l’économie n’est pas vraiment une option ». « Nous devons trouver la meilleure façon possible de faire face au virus, avec des mesures supportables et non une politique de yo-yo aiguë qui nuira fortement à l’économie », dit-il. « Parce que nous pourrions être partis plus longtemps que nous l’avions espéré. »

Il a ensuite parlé d’une « douche très froide » pour les personnes vaccinées. « Le message était le suivant : vaccinez-vous et vous atteindrez le royaume de la liberté », déclare-t-il. « Les experts l’ont dit aussi et je ne les blâme pas, c’est une vision progressiste. Mais la Flandre a répondu massivement à l’appel et maintenant l’infectiosité parmi les personnes vaccinées s’avère être plus élevée et l’hospitalisation des personnes de plus de 65 ans, même vaccinées, est beaucoup plus importante que nous ne l’avions jamais pensé et la pression sur le système de soins devient alors à nouveau trop lourde. Personne n’était préparé à ça. Nous nous dirigeons maintenant vers un autre Noël et un nouvel an avec des restrictions sur la vie sociale, ce qui est dur comme fer. »

Selon De Wever, la troisième piqûre ou « piqûre de rappel » doit en tout cas intervenir rapidement. « Cette situation a également un effet psychologique important : les gens se disent : « Nous avons été vaccinés et cela n’a rien changé, devons-nous quand même nous faire vacciner ? » Je vous invite à examiner les preuves : le vaccin protège effectivement. Vous êtes moins contagieux, vous avez moins de chance d’être hospitalisé et il y a une énorme réduction de la mortalité pendant cette vague. Vous ne pouvez pas l’ignorer. »

Le gouvernement flamand doit maintenant faire de la troisième jab un « projet central », conclut Bart De Wever. « Nous allons tous devoir relancer les centres de vaccination et inviter à nouveau la population », estime-t-il. « En ce qui me concerne, avec une priorisation non seulement du secteur des soins de santé mais aussi, entre autres, de ceux qui travaillent dans l’éducation et qui, par définition, travaillent avec des personnes non vaccinées là, en première ligne. »

Notre sélection vidéo