L’édito de Guy Lemaire: Manger comme le Roi!

L’édito de Guy Lemaire: Manger comme le Roi!

Elle concerne tous les domaines d’activités qui procurent des services au Roi et au Palais. De l’horlogerie aux chaussures en passant par les voitures (d’Ieteren est breveté depuis 1836, un record !), les couturiers, couteliers, coiffeurs, pharmaciens, libraires. Bref en tout 112 entreprises de toutes les tailles sont reconnues. Un privilège mais aussi un engagement puisqu’elles doivent maintenir un niveau d’excellence et que le brevet (aux armes du Roi) n’est valable que pour une période de cinq ans certes renouvelable. Aucun restaurant ne figure dans la liste des honneurs qui vient d’être proclamée à l’occasion de la Fête du Roi. Et pourtant Albert II avait manifesté son intérêt pour le secteur en anoblissant en 2002 l’ancien chef triple étoilé Pierre Romeyer aujourd’hui disparu. Les mêmes souverains qui appréciaient particulièrement de s’attabler chez Jean-Pierre Bruneau à l’ombre de la Basilique de Koekelberg. Un seul hôtel -le Plaza (Bruxelles)- est inscrit dans la liste. Par contre les chocolatiers sont plus nombreux… Mais ce qui frappe c’est la forte représentation d’établissements autour du château de Ciergnon où nos souverains ont leurs habitudes. Deux boucheries de Rochefort (Au cochon d’Or et Libotte-Flahaut), un fromager (La Petite ferme à Erpent) et depuis cette année un poissonnier de Beauraing (Au Grand bleu de Grégory Pochet). Le seul pour tout le pays. Cocorico !

Notre sélection vidéo