Le produit de la semaine: Le grand retour de la choucroute

Un plat réconfortant quand il fait froid dehors.
Un plat réconfortant quand il fait froid dehors. - 123RF

Un petit temps plus frais a parfois du bon en matière culinaire. Certes la plupart des plats peuvent se consommer toute l’année, mais avouez qu’une bonne choucroute se déguste avec meilleur appétit en automne/hiver. Je me demande parfois où l’imagination va se nicher quand il s’agit d’évoquer l’origine d’un plat. Ceci dit les légendes servent à faire rêver : admettons donc que la choucroute réconfortait les ouvriers attelés à la construction de la Grande Muraille de Chine… Ses origines alsaciennes remonteraient au 15e siècle avec la mise au point de la méthode de fermentation au sel. Le nom est alsacien « sûrkrût », dérivé de l’allemand « sauerkraut » ou herbe aigre qui désigne aussi bien le chou ainsi traité que le plat tout entier. En tout cas depuis le 19e siècle. Ce légume n’a que des vertus : léger, dépuratif, riche en vitamines C et en fibres, très peu calorique (110 calories pour 100 grammes). Sans charcuterie évidemment ! La récolte du chou à choucroute commence généralement en juillet/août. On le laisse alors fermenter dans des tonneaux pendant plusieurs semaines. En automne, notre chou (croute) sera devenu translucide, craquant, acidulé et prêt à la consommation. Chez VDS-FOOD vous le trouverez en seau de 10 kg ou en paquet de 50g. Avec également une offre en conserve (1 ou 10l).

Après avoir blanchi et bouilli la choucroute dans une grande quantité d’eau, on y ajoutera un peu de vin blanc (pas trop pour ne pas augmenter l’acidité). Un Alsace s’impose (Riesling ou Pinot blanc Michel Reeb des Caves de Turckheim). D’autres préparations moins authentiques remplacent le vin blanc par le champagne voire par une bière. Un petit verre de kirsch n’est pas à prohiber. Et évidemment ne pas oublier d’additionner généreusement de baies de genévrier qui aident à la digestion. Les pommes nature s’indiquent en accompagnement dans la recette originale, mais les enfants (et il n’y a pas d’âge pour être enfant) leur préfèrent souvent une pomme mousseline ou en purée. Certains prétendent aussi que ce qu’il y a de meilleur dans la choucroute, ce sont les viandes et charcuteries (relevées d’une bonne moutarde). Ici, VDS-FOOD fait confiance à la maison herstalienne JOVA spécialisée dans la fabrication de saucisses et saucissons cuits et fumés. À la polonaise : kielbasa, krakowa, Parowski (les saucisses hot-dogs ou viennoises mais que les Viennois eux-mêmes appellent saucisses de Francfort). Pour les jambonneaux avec ou sans couenne et les jambonnettes (sans os), VDS-FOOD se tourner vers un autre producteur régional et artisanal, le Verviétois d’Argifral (une entreprise créée en 1978) qui travaille avec des porcs 100 % belges. On peut aussi accompagner de côtes campagnardes cuites fumées… Et faire régime après. Encore que la choucroute du lendemain, légèrement recuite en la réchauffant, est encore meilleure… Enfin, n’oublions pas cette tradition (fort récente et issue davantage du marketing que de l’histoire régionale) qui veut qu’en Province de Liège (essentiellement Liège et Verviers) on consomme la choucroute le 1er janvier, en ayant pris soin de glisser une petite pièce de monnaie sous chaque assiette. Une démarche un brin superstitieuse sensée chance et prospérité pendant toute l’année. À condition toutefois de conserver soigneusement ladite pièce…

VDS-FOOD BRUXELLES : 461, avenue Van Volxem -1190 Bxl. VDS-FOOD LIEGE : 4, rue Prés-Champs -4671 Barchon VDS-FOOD WAVRE : ZI Wavre Nord, 6, avenue Leonard de Vinci -1300 Wavre. Magasins ouverts du lundi au samedi de 8h à 16h30 pour professionnels et particuliers. Page FB et www.vds-food.com

Notre sélection vidéo