Flavie Flament: «J’ai été victime d’un viol à l’âge de 13 ans et j’ai subi des violences conjugales»

Exclusif
Flavie Flament: «J’ai été victime d’un viol à l’âge de 13 ans et j’ai subi des violences conjugales»

Vous nous raconterez le destin tragique de Marine Dupuy, tuée à 28 ans de 18 coups de couteau par son compagnon, sous le regard de ses voisins. Comment en arrive-t-on à de telles extrémités ?

Il y a toujours dans ces drames une relation d’emprise, c’est une évidence. Je pense aussi que ces relations s’inscrivent dans le temps sur des mauvaises bases, où le respect, le consentement, la compréhension et la juste distance sont mis à mal. Considérer que tous les hommes qui font preuve de violence sont des pervers narcissiques, ce serait les réduire à quelque chose… Or, je pense que ce sont des situations de vie qui dérapent parce qu’à la base, le terrain n’est pas le bon.

Le documentaire s’intitule « Crime conjugal », mais on a requalifié cela en féminicide. Pourquoi la terminologie est-elle importante ?

On est dans une société où l’on a besoin de poser clairement les choses et les victimes ont besoin d’une véritable définition des violences subies, on ne peut pas les englober sous une appellation. Il est important que les femmes soient reconnues dans leur souffrance.

Les violences ont existé de tout temps, mais pourquoi sont-elles autant médiatisées aujourd’hui ?

Depuis une dizaine d’années se sont amorcées des prises de paroles isolées, dont je fais partie quand j’ai écrit « La consolation » avant le #MeToo, et cela est devenu un mouvement. On parle beaucoup plus de ces violences parce que la société est plus à l’écoute. Elle réussit maintenant à s’indigner de l’innommable. Et les réseaux sociaux ont fait leur travail. Cela a permis à des victimes de faire circuler leur parole davantage. Les femmes ont du coup moins peur de s’exprimer.

Participer à ce combat, c’est aussi pour vous faire écho à ce que vous avez subi…

J’ai été victime d’un viol à l’âge de 13 ans et j’ai subi des violences conjugales. J’en ai fait un livre qui s’appelle « Les chardons ». Donner un éclairage supplémentaire en portant le commentaire de cette histoire est ma façon d’apporter ma modeste pierre à l’édifice.

Retrouvez l’intégralité de l’interview de Flavie Flament dans le Ciné-Télé-Revue sorti ce jeudi 18 novembre.

« Crime conjugal : pourquoi ont-ils tué leur femme ? », 22 novembre, 20h15, AB3.