Santiago (43) était secrétaire de luxe pour des joueurs de football mais… il continuait à percevoir des allocations de chômage!

Santiago, le secrétaire des stars et la star des secrétaires.
Santiago, le secrétaire des stars et la star des secrétaires. - TVA

Santiago, 43 ans, habite la région liégeoise. Il aime les jolies montres, les belles voitures et le milieu du foot.

L’homme a fait l’objet de plusieurs articles dans la presse écrite dans lesquels il se présente, via la société BMS (By My Side) Belgium, comme une sorte de secrétaire particulier pour les sportifs de haut niveau. Il leur facilite la vie en réglant tous les petits tracas de la vie de tous les jours.

« Je leur permets de demeurer concentrés sur leur job », détaillait Santiago lors d’une interview accordée à La Meuse Liège. « La dernière chose qu’ils ont envie de faire après leurs séances d’entraînement, c’est de payer leurs factures. Pas de souci, je m’en charge. Nous créons un compte commun dans une banque partenaire, je réceptionne toutes leurs factures, à la fin du mois, je leur annonce le montant total et ils versent l’argent sur ce compte. J’effectue le paiement. Ainsi, pas question pour moi d’avoir accès à leurs comptes privés ! Tout le monde s’y retrouve. Et cela me permet également de les conseiller au mieux dans leurs dépenses. »

En effet, lundi dernier s’est ouvert son procès devant le tribunal correctionnel de Liège dans le cadre d’une fraude importante au préjudice de l’ONEM (NDLR : office national pour l’emploi) puisque le montant en jeu est de 71.000 €.

>> Entre 2012 et 2018, Santiago percevait des allocations sociales alors qu’il jouait les concierges de luxe pour les stars du football !

Les clients de Santiago payaient un abonnement mensuel de 600 à 800 € par mois et en échange de cela, Santiago était à leur service. Il leur dégottait des places de concerts rares, des billets pour le théâtre, il organisait les déménagements des joueurs, il réservait des billets d’avion et des vacances, il faisait appel à un plombier et il payait les factures et résiliait les abonnements.

>> Si les faits sont avérés, il s’expose à une peine de prison mais également à devoir rembourser les allocations indûment perçues, soit 71.000 € !

Notre sélection vidéo