La Wallonie mobilise 482 millions jusqu’en 2024 pour son plan de sortie de la pauvreté

La Wallonie mobilise 482 millions jusqu’en 2024 pour son plan de sortie de la pauvreté
Belga Image

D’après l’IWEPS, les inégalités socio-économiques ont augmenté en Wallonie de 2004 à 2019, une augmentation particulièrement marquée en 2018 et 2019 et encore renforcée par la crise sanitaire.

Si les premières projections pour l’année 2020 démontrent que les mesures de soutien prises ont permis de limiter les dégâts, la situation reste néanmoins problématique, et les inondations qui ont frappé une grande partie de la Wallonie vont très certainement encore creuser les déséquilibres, souligne l’exécutif régional.

C’est dans ce contexte que celui-ci s’est accordé sur son plan de sortie de la pauvreté, rassemblant l’ensemble des mesures proposées par les différents ministres wallons.

«Ce plan ne vise pas à gérer la pauvreté et à en atténuer les effets, mais vise bien à l’éliminer progressivement et vise à offrir à chaque Wallonne et chaque Wallon les moyens progressifs pour sortir de la pauvreté, via l’accès à un confort de base et un accès à l’emploi», précise le gouvernement.

Pour y parvenir, il a décidé de dégager un montant de 482 millions d’euros jusqu’en 2024, qui viennent s’ajouter aux 61 millions déjà mobilisés.

Accès à l’insertion professionnelle

Concrètement, le plan recense notamment 28 actions touchant aux différentes compétences de la Wallonie, regroupées autour de l’accès à l’insertion socioprofessionnelle, au logement et au bien-être.

On y retrouve des mesures telles que le soutien à l’accès au permis de conduire pour les personnes précarisées en formation dans les filières qui mènent à des métiers d’avenir ou en pénurie et pour les travailleuses du secteur des titres-services ; la gratuité progressive des transports en commun pour les jeunes jusqu’à 25 ans, pour les 65 ans et plus et pour les publics précarisés ; l’octroi d’une allocation de loyer aux ménages disposant de revenus précaires en attente d’un logement social depuis une certaine durée ; l’augmentation de l’offre de logements en agences immobilières sociales; la mise en place d’une stratégie wallonne coordonnée de sortie du sans-abrisme ou encore le renforcement des maisons médicales par l’intégration de nouveaux prestataires de soins.

«Un trop grand nombre de Wallons et de Wallonnes vivent aujourd’hui dans une situation de précarité, et ce phénomène a été accentué par la crise du Covid et les inondations. L’ensemble du gouvernement est pleinement mobilisé afin de réduire ces inégalités et permettre à un maximum de personnes vivant dans la précarité de sortir de cette situation», a conclu le ministre-président wallon, Elio Di Rupo.

Notre sélection vidéo