Sous pression, Romain, un jeune infirmier spadois, a mis fin à ses jours: «C’était quelqu’un d’un naturel très gai…»

Romain laisse un grand vide dans la vie de tous ceux qui l’ont côtoyé.
Romain laisse un grand vide dans la vie de tous ceux qui l’ont côtoyé. - D.R.

Altruiste, empathique, gentil, à l’écoute, rassurant… Les témoignages de sympathie se multiplient depuis l’annonce du décès inopiné de Romain Audrit. L’infirmier de 28 ans s’est donné la mort le 22 novembre à Spa.

Il faut dire que, s’il était « d’un naturel très gai », Romain était également quelqu’un de fragile. Et, au cours de ces derniers mois, il avait traversé plusieurs épreuves difficiles.

Ses collègues, son frère, une patiente nous explique comment le jeune homme a pu en arriver à passer à l’acte.

Bernard Colla, à la tête de Sidom et patron de Romain, déplore une stigmatisation de sa profession : selon lui, les soignants doivent vivre dans un contexte difficile depuis des années, et pas seulement depuis le début de sa crise sanitaire.