Rejet des plaintes bloquant l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth

Rejet des plaintes bloquant l’enquête sur l’explosion au port de Beyrouth

L’enquête sur l’explosion meurtrière (plus de 200 morts) ayant ravagé le 4 août 2020 le port de Beyrouth et plusieurs quartiers de la capitale est suspendue depuis trois semaines en raison de plusieurs poursuites judiciaires lancées contre le juge Bitar, exigeant sa mise à l’écart.

Pointées du doigt pour négligence criminelle, les autorités sont accusées par les familles des victimes et des ONG d’ingérence politique pour torpiller l’enquête et éviter des inculpations.

Les responsables politiques de tous bords refusent d’être interrogés par M. Bitar, même si les autorités ont imputé le drame au stockage sans mesures de précaution d’énormes quantités de nitrate d’ammonium au port.

Des politiques mis en cause ont intenté 16 procès devant différents tribunaux contre le juge Bitar pour entraver l’enquête, selon la source judiciaire.

La Cour de cassation a rejeté jeudi deux plaintes déposées par l’ancien Premier ministre Hassan Diab et l’ex-ministre de l’Intérieur Nohad Machnouk jugeant illégale leur convocation par le juge Bitar, selon la même source.

La Cour de cassation a statué qu’il n’y avait pas de preuve suggérant que le juge d’instruction avait commis des erreurs. Elle a également rejeté deux plaintes similaires déposées par les députés Ali Hassan Khalil et Ghazi Zaayter.

La Cour pénale de cassation a elle rejeté jeudi une plainte déposée par l’ancien ministre des Travaux publics, exigeant la mise à l’écart du juge Bitar.

Ces cinq responsables avaient été convoqués par le juge.

Plus d’un an après le drame, aucun coupable n’a été identifié et les responsables soupçonnés de négligence ont largement esquivé tout interrogatoire.

Depuis le début de l’enquête en février, M. Bitar est soumis à d’intenses pressions, notamment de la part du puissant Hezbollah pro-iranien qui l’accuse de politiser l’enquête, et exige son remplacement.

La Cour de cassation a affirmé jeudi que toutes les poursuites contre le juge Bitar seraient traitées par un seul tribunal, présidé par le juge Naji Eid, toujours selon la source judiciaire.

Il s’agit de «réduire les tentatives d’entraver l’enquête en cours et éviter de perdre plus de temps», a justifié la Cour.

Plus tôt jeudi, trois juges ont présenté leur démission pour protester contre les ingérences politiques dans la justice.

Notre sélection vidéo