Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Comment contrôler les supporters dans les stades? «Tout le monde garde sa boisson en tribune pour tenter d’esquiver le port du masque»

Ce samedi, au Mambourg (comme dans les autres stades d’ailleurs), peu de masques étaient (bien) portés.
Ce samedi, au Mambourg (comme dans les autres stades d’ailleurs), peu de masques étaient (bien) portés. - PhotoNews/P.Crochet

Vingt-quatre heures à peine pour imposer le retour du masque dans les stades : est-ce suffisant ?

Largement. D’autant que nous avions prévu, comme un peu partout en D1 d’ailleurs, une distribution gratuite de masques. Je n’ai pas encore les chiffres précis, mais nous n’avons pas dû en écouler énormément. Une petite centaine tout au plus, ce qui démontre que l’habitude est ancrée dans les mœurs. Lors des contrôles CST, nous avons pu constater que les gens étaient munis de leur masque. Mais une fois à l’intérieur, c’est autre chose.

Ils l’enlevaient ?

Non, à part quelques irréductibles ou quelques provocateurs qui agissaient par défi. Mais pour le reste, c’est plus sournois : dès la fin de la fouille et du contrôle CST, les supporters se ruaient sur les points de vente de boissons et de nourriture avant d’aller tranquillement s’installer sur leur siège pour consommer. Avec le masque sous le menton, qu’ils ne relevaient souvent plus du tout en conservant précieusement leur gobelet avec un fond de bière ou de soda. Histoire de pouvoir rétorquer aux stewards : « Mais monsieur, vous le voyez bien, je suis en train de boire ! » Impossible dans ces conditions, de faire respecter la législation à 100 %. Ou alors, il aurait fallu 12.000 stewards : un assis à côté de chaque spectateur.

►► Comment gérer cette problématique dans les stades de football ?

Foot amateur et chez les jeunes

Notre sélection vidéo