Manifestation de taxis sans blocage du trafic mardi matin devant le parlement bruxellois

Manifestation de taxis sans blocage du trafic mardi matin devant le parlement bruxellois
Isopix

Ils défendent que ce sont les acquis sociaux qui sont en jeu face à une libéralisation extrême du monde du travail. Aucune action de blocage de la circulation n’est prévue.

Sam Bouchal, secrétaire général de la Fédération bruxelloise des taxis (BTF), annonce qu’il appelle ses membres à se mobiliser, mais ne s’exprime pas au nom des autres associations du secteur, qui se sont virtuellement entretenues à la suite de l’annonce de cette ordonnance sans alors se prononcer ouvertement.

« On parle d’une ’ordonnance sparadrap’ comme si la décision de justice était une blessure », remarque Sam Bouchal. « On nous vole cette justice en cédant au chantage du blocage de la circulation. Au bout de sept ans de débats en justice, on gagne une nouvelle fois. Le pouvoir judiciaire reconnaît qu’Uber est un système frauduleux et le pouvoir législatif pense directement à passer au-dessus des décisions de justice en créant de nouvelles législations qui visent à pervertir notre modèle de société. Sous prétexte de modernité, on accepte de ramener les conditions de travail à ce qu’elles étaient au début du XIXème siècle. Si cette « ubérisation » est acceptée dans notre secteur, elle pourra plus facilement se propager à d’autres secteurs. On parle de bain de sang social, mais 40 % des chauffeurs Uber font cette activité en complément d’un autre emploi. » Il avance que plusieurs centaines de contrats à durée déterminée sont disponibles à Bruxelles, mais qu’il faut revoir et ouvrir l’accès à la profession et à la formation.

Environ 150 personnes à pied selon la police de Bruxelles-Ixelles et jusqu’à 500 selon les associations de chauffeurs liés à l’application Uber, se sont rassemblées devant le parlement bruxellois plus tôt, à compter de 16h00. Une délégation a été reçue par des députés des partis de l’opposition et de la majorité.

Asmaa Snaibi, porte-parole de l’Union des chauffeurs Limousine Belge (UCLB), annonce au nom du front commun qu’il n’y aura plus de blocage de la circulation d’ici le vote de la proposition d’ordonnance de Groen, DéFI, Open Vld et one.brussels-Vooruit visant à trouver une solution temporaire d’ici l’approbation du plan Taxi. Le PS s’est quant à lui déclaré plutôt hostile, refusant de soutenir un texte « dicté par Uber ».

« À partir du 13 décembre au plus tard, les travailleurs devraient avoir une solution pour recommencer à travailler », se réjouit Asmaa Snaibi. « Les chauffeurs ne peuvent être que satisfaits de cette solution temporaire, car le plan Taxi ne devrait pas aboutir avant plusieurs mois. On remercie les députés de la majorité qui ont saisi la détresse des chauffeurs bruxellois et y ont répondu en urgence. On va voir du côté d’Uber s’il y a des possibilités d’indemnisation ou de réouverture de l’application dans l’attente du vote. »

Notre sélection vidéo