Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Frédéric, 34 ans, dénonce le manque de sécurité à Namur après avoir reçu des coups de couteau près de la gare: «Il a frappé pour nous tuer!»

Malgré ses blessures, Frédéric Lepoutere a pu sortir de l’hôpital la nuit de l’agression.
Malgré ses blessures, Frédéric Lepoutere a pu sortir de l’hôpital la nuit de l’agression. - D.R.

Les choses auraient pu très mal tourner le soir du 20 novembre dernier pour Frédéric Lepoutere (34 ans) et son ami, Loïc (44 ans, prénom d’emprunt). Ils ont chacun pris plusieurs coups de couteau mal placés. À quelques centimètres près, ils auraient pu être mortels ! Tout part d’une histoire entre la belle-fille de Loïc et son petit-copain, sur fond de querelle d’une ancienne relation amoureuse. « Ma fille et son copain étaient harcelés depuis une grosse semaine par un garçon. Il les menaçait par téléphone, passait devant leur studio… Ils lui ont donc donné rendez-vous samedi à Namur pour tenter de s’expliquer », raconte Cécile, la compagne de Loïc.

Cette histoire inquiète la famille. Le beau-père et la maman décident de rechercher leur fille en ville. Présent chez eux ce soir-là, Frédéric les suit. D’après ce dernier, lorsqu’il arrive, la scène d’explication se transforme en scène d’épouvante. « Loïc était à hauteur de la rue des Ursulines où il avait trouvé sa belle-fille et son petit-copain. Ils discutaient avec deux gars, deux frères. » Selon les dires de Frédéric, l’un des deux était encagoulé et aurait sorti un couteau avec une longue lame.

Frédéric et Loïc ne sont pas parvenus à esquiver toutes les attaques, ils témoignent  : « Il a frappé pour nous tuer »

► «   Le dossier en est resté au stade de l’information, c’est incompréhensible » : l’avocate de Frédéric réagit

Notre sélection vidéo