Gratuité scolaire: la ministre Désir commande une étude pour une possible extension au niveau primaire

Gratuité scolaire: la ministre Désir commande une étude pour une possible extension au niveau primaire
Photo News

Sur base des conclusions des travaux du Pacte pour un enseignement d’excellence, il avait été décidé sous la précédente législature de travailler à la gratuité partielle et progressive au niveau maternel.

Concrètement, les directions d’écoles ne peuvent plus réclamer aux parents une série de frais pour l’achat de matériel, comme des marqueurs, de la peinture ou du matériel de bricolage notamment.

Pour compenser cette perte de recettes, les écoles perçoivent une dotation complémentaire de 60 euros par an et par enfant.

Une gratuité partielle

Cette gratuité n’est toutefois que partielle, les écoles pouvant toujours demander de l’argent pour assurer la surveillance des temps de midi ou certaines activités culturelles ou sportives, comme la piscine par exemple.

Dans son accord de majorité bouclé en 2019, la coalition PS-MR-Ecolo se proposait de poursuivre ce chantier gratuité vers le primaire, mais sans mesure ou décision concrète jusqu’à ce jour.

Coïncidence : l’annonce de la ministre est intervenue quelques heures à peine avant l’examen en commission de la proposition de résolution de l’opposition PTB demandant la conduite de pareille étude de faisabilité par l’administration.

Arguant de l’annonce faite un peu plus tôt par la ministre, la majorité PS-MR-Ecolo a rejeté mardi après-midi la résolution pétébiste.

Moins de frais pour les parents

Devant les députés, la ministre Désir a indiqué travailler à ce stade sur l’octroi aux écoles primaires d’une dotation de l’ordre de 75 euros par an et par élève pour l’achat de fournitures et autres.

Elle a aussi réaffirmé sa volonté de plafonner à l’avenir les frais réclamés aux parents pour l’organisation de classes vertes ainsi que des classes de neige.

Notre sélection vidéo