Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Le Covid Safe Ticket jugé illégal en Wallonie: le gouvernement prend acte, mais va interjeter appel de cette décision

Le Covid Safe Ticket jugé illégal en Wallonie: le gouvernement prend acte, mais va interjeter appel de cette décision
Photo News

Le gouvernement wallon a pris acte de la décision de ce jour du Tribunal de première instance de Namur relatif au décret wallon portant sur le Covid Safe Ticket. Cette décision n’annule pas le décret wallon. Par conséquent, le Covid Safe Ticket reste d’application en Wallonie. La Wallonie a décidé d’interjeter appel de cette décision dès demain matin.

Plus tôt dans la soirée, on apprenait que la Région wallonne a été condamnée à mettre un terme à l’illégalité apparente de l’utilisation du Covis Safe Ticket en Wallonie dans un délai de 7 jours, sous peine d’astreinte de 5.000 euros par jour de retard.

Dans son ordonnance, le tribunal constate notamment la « contrariété apparente » du décret wallon du 21 octobre dernier relatif à l’usage du CST et au port du masque au droit supranational de l’Union européenne et son apparente violation du principe de légalité.

Il constate également que ces diverses normes semblent contrevenir au principe de proportionnalité des mesures restrictives de liberté au regard des buts poursuivis.

Le tribunal condamne dès lors la Région wallonne à prendre toutes les mesures qu’elle estimera appropriées pour mettre un terme à cette situation d’illégalité apparente de l’usage du CST en Wallonie, au préjudice des parties demanderesses, sous peine d’une astreinte de 5.000 euros par jour de retard exigeables au-delà d’un délai de 7 jours à dater de la signification de l’ordonnance.

Pas une alternative ?

« Le tribunal constate plusieurs problèmes de légalité dont la contrariété du décret Wallon au droit européen et au droit à la protection des données personnelles. La décision ajoute qu’il ne serait pas démontré que le CST serait la seule alternative à un nouveau lockdown », explique mardi soir l’asbl « Notre bon droit ».

Selon les avocates de l’association, « le tribunal a aussi critiqué la discrimination instaurée entre les citoyens sans justification objective et scientifique, l’absence de démonstration d’une mesure proportionnée ainsi que la possibilité laissée aux citoyens de décider seuls d’imposer le CST.

Une action en référé similaire contre le Covid Safe Ticket bruxellois a été introduite devant le tribunal de première instance de Bruxelles. Elle sera plaidée le 8 décembre prochain.

Notre sélection vidéo