Abonnez-vous pour 1€

Mohamed et Samir, deux Anversois partis en voyage d’affaires, sont toujours bloqués au Maroc: «Tout le monde se renvoie la balle!»

Mohamed et Samir, deux Anversois partis en voyage d’affaires, sont toujours bloqués au Maroc: «Tout le monde se renvoie la balle!»
Isopix

Depuis que le Maroc a décidé de fermer son espace aérien par crainte du variant Omicron, de nombreux Belges sont coincés là-bas et tentent coûte que coûte de quitter le pays, mais éprouvent de grandes difficultés à s’en sortir.

C’est notamment le cas de Samir et Mohamed, qui partaient pour le Maroc de samedi à mercredi. C’est à leur arrivée qu’ils ont appris que le Maroc prenait cette lourde décision : « Quand nous sommes arrivés, il y avait déjà des rumeurs, donc nous avions déjà reprogrammé notre vol pour mardi. On nous a également dit que seuls les vols entrants seraient annulés. Pourtant, il est impossible de sortir du pays. »

Les deux Anversois ont pu réserver une chambre d’hôtel, mais la situation reste problématique. « Nous avons campé à l’aéroport pendant deux jours, puis nous avons finalement décidé d’aller à l’hôtel. Mais lorsque nous voulons nous rendre à l’aéroport pour voir s’il y a des vols, nous ne savons pas si nous devons passer à la caisse et payer. Ils attendent aussi de nouveaux clients ici, donc si ça continue comme ça, nous devrons peut-être dormir chez les gens », expliquent-ils à nos confrères du Nieuwsblad.

« Un business »

Quand ils ne sont pas à l’aéroport, ils sont dans leur chambre d’hôtel, tous deux avec un téléphone portable à la main : « Nous appelons tous les deux TUI pour savoir ce que nous devons faire. Comme nous n’avons reçu aucune information, nous ne savons même pas s’il y a une date pour le rapatriement. Et si nous cherchons d’autres vols, ils sont tout simplement inabordables. C’est vraiment devenu un business, certains billets coûtent même jusqu’à 2 000 euros. »

« Nous avons été trimballés de personne en personne, personne ne sait rien et tout le monde se renvoie la balle. Lorsque nous posons tous les deux la même question aux compagnies aériennes, nous obtenons des réponses complètement différentes », explique Samir qui ne savait toujours pas quand il serait rapatrié mardi soir.

TUI réagit

TUI a réagi en expliquant qu’il n’y avait pas de solution à l’heure actuelle. « Il y aura 18 vols à partir de mercredi et jusqu’au 5 décembre pour rapatrier les 2.377 clients de TUI. Cela nous demande beaucoup, car la décision du Maroc a été prise à la dernière minute. Nous ne sommes pas restés inactifs pendant tout ce temps, nous avons été en contact avec les autorités. Désormais, l’information auprès des clients devrait être meilleure maintenant qu’il y a de la clarté », a indiqué Sarah Saucin, porte-parole de la compagnie.

Ceux qui avaient un vol entre le 1er et le 5 décembre peuvent simplement prendre ce même vol pour la Belgique. Ceux qui ont eu un vol à une heure différente devraient normalement être contactés par TUI.

Notre sélection vidéo