Jules Verne: 150 ans après… le «Tour du monde en 80 jours» est revisité pour la dixième fois! Ce qui change…

Vidéo
Jules Verne: 150 ans après… le «Tour du monde en 80 jours» est revisité pour la dixième fois! Ce qui change…
Slim Film Plus Television / Federation Entertainment

Adapter un roman de Jules Verne à la télévision ou au cinéma n’est pas une mince affaire. Pourtant, on ne compte plus le nombre de films ou de séries inspirés du travail de l’écrivain français, comme « 20000 lieues sous les mers », « Michel Strogoff » ou « Voyage au centre de la Terre ». Citons également «  Le Tour du monde en 80 jours », récit d’aventures très complexe à mettre en scène, demandant une tonne de décors tous plus impressionnants les uns que les autres, ainsi qu’une multitude d’acteurs et de figurants. Un véritable défi technique que de nombreux réalisateurs n’ont pas hésité à relever un jour.

Le Français Samuel Tourneux s’y était essayé en août dernier avec un film d’animation, soixante-cinq ans après la première adaptation, signée Michael Anderson, qui avait d’ailleurs remporté l’Oscar du meilleur film en 1957. En France, des dessins animés et des téléfilms avaient été diffusés dans les années 1970 et 1980. Et aux Etats-Unis, une série avait vu le jour en 1989, avec Pierce Brosnan dans le rôle de Phileas Fogg, mais aussi Eric Idle des Monty Python dans la peau de Passepartout et Arielle Dombasle campant Lucette.

Il avait fallu attendre 2004 pour revoir le mythe sur grand écran, dans un blockbuster emmené par Jackie Chan, Steve Coogan et Arnold Schwarzenegger, sans oublier les francophones Cécile de France et Michaël Youn. Car un bon remake du « Tour du monde en 80 jours » requiert forcément une distribution internationale.

Un critère respecté par le réalisateur Steve Barron, qui travaillait depuis 2019 sur une relecture du « Tour du monde » avec trois acteurs européens : l’Ecossais David Tennant (« Doctor Who »), le Français Ibrahim Koma (« Le crocodile du Botswanga ») et l’Allemande Leonie Benesch (aperçue dans « The Crown »). Un casting made in Europe qui paraît plutôt logique, quand on sait que cette création britannique est produite par l’Alliance des chaînes publiques européennes. Sous forme de série, elle s’apprête à être enfin dévoilée au monde entier, et chez nous dès ce 5 décembre. Ses huit épisodes seront diffusés au rythme de deux par semaine sur la Une.

Après trois ans de dur labeur, nul doute que Steve Barron est fier de présenter son projet au grand public. Créateur de célèbres clips musicaux comme « Billie Jean », de Michael Jackson, le cinéaste est aussi un grand habitué des adaptations (« Pinocchio », « Les Tortues Ninja », « Merlin »). L’Irlandais ne s’attendait toutefois certainement pas à un tel défi, surtout avec la crise sanitaire comme invitée-surprise. Les premières scènes avaient été filmées en février 2020, mais le tournage avait été interrompu, alors qu’il devait se dérouler en Roumanie et en Afrique du Sud.

Une version moderne

Tout comme les précédentes adaptations du livre de Jules Verne, cette relecture s’octroie plusieurs libertés. Par exemple, Mrs. Aouda, l’Indienne qui accompagne Phileas et son valet Passepartout dans leur périple, n’est ici qu’un personnage secondaire et est « remplacée » par Abigail Fix, une journaliste qui couvre le voyage, interprétée par Leonie Benesch. Quant à Passepartout, il est pour la première fois incarné par un comédien d’origine malienne, Ibrahim Koma. Le personnage de Phileas Fogg, campé par David Tennant, est quant à lui assez semblable au gentleman que décrit Jules Verne. L’itinéraire et les moyens de locomotion employés dans le roman sont globalement respectés. Quant à l’intrigue, elle se déroule toujours en 1872, mais certains éléments originaux ont été supprimés ou modernisés.

« Le Tour du monde en 80 », dimanche 5 décembre, 20h55, la Une

Notre sélection vidéo