L’édito de Guy Lemaire: «J’en suis baba»

L’édito de Guy Lemaire: «J’en suis baba»

L’art nouveau est partout en plénitude y compris à l’incontournable Brasserie Excelsior où le décor le dispute à l’assiette. À ce propos, il faut se souvenir que la quiche (de l’allemand « kuchen », gâteau) est avant tout lorraine. L’autre spécialité est la bergamote qui rafraîchit d’une touche acidulée les bonbons carrés, plats et translucides. Tous les pâtissiers vous la proposeront au même titre que les macarons dont ils se sont approprié la création, en oubliant un peu vite le monde arabe et l’Italie…

Le chapitre liquide n’est pas asséchant : les vignobles (de Toul notamment) sont quasiment aux portes de la ville et la mirabelle (en eau-de-vie surtout) réveillerait un mourant avec son titrage à au moins 45º. Reste le baba que l’on devrait au bon Stanislas Leszcynski (celui de la Place !) qui fut Roi de Pologne et dont le beau-fils Louis XV avait fait un Duc de Lorraine. Goûtant au Kouglof (brioche à pâte levée), il le trouva trop sec et le fit mouiller de vin de Tokay, du rhum par la suite. Le baba au rhum était né. Jolie histoire. Allez savoir si elle est véridique… Peu importe, on a besoin par ces temps perturbés de croire aux légendes. Surtout à la Saint-Nicolas qui est tout autant célébrée à Nancy que chez nous…

Notre sélection vidéo
Aussi en Recettes