Pour la députée louviéroise Laurence Zanchetta: «La victime de violence conjugale doit savoir qu’elle n’est pas seule»

La députée Laurence Zanchetta était à la manifestation de Bruxelles le 28 novembre dernier.
La députée Laurence Zanchetta était à la manifestation de Bruxelles le 28 novembre dernier. - Belga

En 2019, le PS et Défi ont déposé chacun une proposition de loi au parlement fédéral pour inscrire le féminicide au code pénal. Aujourd’hui, rien n’est acquis, d’autant que certains juristes n’y voient aucun intérêt. « Ce n’est pas encore à l’agenda en effet, d’autant qu’il y a aussi sur la table tout un avant-projet de réforme du droit pénal sexuel. Il est vrai que certains juristes n’y sont pas favorables, estimant qu’il n’y a pas de valeur ajoutée. Je ne suis pas juriste, mais même s’ils ne trouvent pas de valeur ajoutée, c’est en tout cas symbolique, car une fois le féminicide inscrit au code pénal, il y aura une certaine reconnaissance qui permettra de tenir des statistiques. »

>> La députée louviéroise, dans une longue interview, nous parle de son combat contre la violence faite aux femmes.

>> Le bracelet anti-rapprochement, le numéro vert, l’aide aux pharmaciens, elle évoque les systèmes mis en place.

>> La députée a mis sur la table une proposition de loi pour exclure la médiation obligatoire entre victime et auteur.