Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Georges Gilkinet enfonce le clou: «Si Jambon a demandé un Codeco d’urgence, c’était pour résoudre un problème de Bart De Wever à Anvers!»

Pour Georges Gilkinet, c’est une manœuvre politique de Bart De Wever qu’il faut chercher derrière la convocation de ce troisième Comité de concertation en trois semaines.
Pour Georges Gilkinet, c’est une manœuvre politique de Bart De Wever qu’il faut chercher derrière la convocation de ce troisième Comité de concertation en trois semaines. - Isopix / Belga

Dans une interview accordée à nos confrères du journal Le Soir, Georges Gilkinet confirme et enfonce le clou. Jan Jambon aurait demandé au fédéral de convoquer un nouveau Codeco et d’interdire les activités en intérieur avant le week-end, sur demande de son président de parti Bart De Wever. Ce dernier n’aurait pas souhaité porter lui-même la responsabilité d’interdire un grand évènement de Saint-Nicolas dans sa ville d’Anvers où des milliers d’enfants étaient attendus.

« Je suis en colère depuis vendredi, en colère par rapport à l’instrumentalisation du Codeco par la N-VA, et ses conséquences », a-t-il ainsi précisé à nos confrères du Soir. « J’ai compris en début de Codeco vendredi que la raison pour laquelle Jan Jambon avait demandé une réunion d’urgence, c’était pour résoudre un problème de son président et bourgmestre d’Anvers, Bart De Wever. L’attitude de la N-VA par rapport à la pandémie est totalement irresponsable. Ce sont eux qui ont empêché à certains moments de prendre les mesures nécessaires, notamment lorsqu’il y avait plus de vaccinés en Flandre, alors ils freinaient. Ici, leur attitude a conditionné tout le Codeco, cela nous a conduits à agir d’une façon qui n’est pas optimale. Oui, je suis en colère. »

Le vice-premier ministre Ecolo préconise donc un changement de méthode dans la prise de décisions vis-à-vis du personnel de la santé, des écoles, de la culture, de la société en général et demande un renforcement du système de soins de santé. « Aujourd’hui, 220 lits de soins intensifs ne peuvent pas être mis en œuvre faute de personnel, ça ne va pas du tout », ajoute Georges Gilkinet. « Refinancement, réinvestissements, politiques coordonnées dans le pays, voilà ce qui doit devenir la priorité. »

Tir de critiques en rafale

Georges Gilkinet n’est pas le seul à critiquer l’attitude de la N-VA. « On a dû travailler dans la précipitation, dans l’urgence », critique le vice-premier ministre PS Pierre-Yves Dermagne, au micro de LN24. Tandis que le président du MR Georges-Louis Bouchez regrette auprès de Bel RTL l’attitude de Jan Jambon : « Convoquer des réunions via la presse comme le ministre-président flamand l’a fait, ce n’est certainement pas une manière de gérer ça utilement, avec sang froid ».

PS et Ecolo, qui sont tous deux représentés dans l’équipe d’Alexander De Croo, se rejoignent donc sur ces grandes lignes : ils avancent un besoin de réponses mieux préparées, d’une vision à plus long terme, d’une certaine prévisibilité des mesures. Pierre-Yves Dermagne évoque une nouvelle fois le « baromètre » corona, lundi matin (sur LN24), et parle de futures mesures de soutien aux soins de santé. Georges Gilkinet pousse pour « renforcer notre système de soins de santé », « améliorer les conditions de travail et de rémunération » des soignants ».

« On a un système de santé qui coûte déjà beaucoup d’argent », estime quant à lui le président du MR Georges-Louis Bouchez. Celui-ci avance qu’il y a cependant des améliorations à faire dans « l’organisation des soins de santé », par exemple dans la manière d’utiliser aux soins intensifs certains types d’infirmiers plutôt que d’autres, etc.