La police réquisitionne 150 infirmiers présents sur la liste des grévistes: «Comment expliquer aux enfants la visite de policiers à la maison?»

«Les policiers étaient gênés»
«Les policiers étaient gênés» - Photo-prétexte S.P.

Ce mardi sera une journée nationale de protestation du secteur des soins de santé. Les syndicats appellent à une manifestation à Bruxelles ce mardi matin et le personnel soignant qui désirait y participer devait s’inscrire sur une liste pour vendredi dernier.

Légalement parlant, les hôpitaux publics comme le CHR-Citadelle, le CHU-Sart Tilman ou le CHBA de Seraing ne peuvent pas réquisitionner leur personnel car un flou juridique existe sur la question.

Par contre, les hôpitaux privés le peuvent. Et c’est ainsi que le CHC (Centre Hospitalier Chrétien) a décidé d’utiliser cette opportunité pour la journée de demain. « Même si nous comprenons tout à fait les motivations de notre personnel, nous devons absolument assurer la continuité des soins », explique leur porte-parole.

C’est pourquoi le CHC a activé la réquisition pour cette journée de mardi. Et concrètement, c’est donc la police qui s’est rendue ce lundi matin, au domicile privé des 150 infirmiers du CHC déclarés grévistes, pour leur signifier qu’ils devaient se présenter au travail ce mardi sous peine de sanctions.

>> « Comment expliquer à mes enfants la visite de deux policiers ce matin à la maison ? », s’insurge ce Liégeois, mari d’une infirmière du CHC.

>> « Quelle situation choquante ! » : retrouvez toutes nos informations sur La Meuse Liège.

Notre sélection vidéo