Dr Henin (Jolimont): «Le personnel en soins intensifs est au bout du rouleau»

La crainte du Dr Pierre Henin: voir débarquer un afflux de patients vaccinés dans des USI déjà saturés de personnes non vaccinées.
La crainte du Dr Pierre Henin: voir débarquer un afflux de patients vaccinés dans des USI déjà saturés de personnes non vaccinées. - D.R.

Vendredi, le Codeco réuni « en urgence » a accouché des mesures controversées, insuffisantes ou complètement inadaptées aux yeux de beaucoup. Fin de semaine dernière, les directions médicales des hôpitaux namurois ont questionné la gestion de la quatrième vague et les choix éthiques « difficiles » qui pourraient en résulter. Le tout dans un contexte où les contaminations sont au plus haut, les services de soins intensifs au bord de la saturation, et qu’une 3e dose semble nécessaire pour rebooster l’immunité des vaccinés face à la transmission du virus.

C’est dans cet environnement particulier que nous avons interrogé le Dr Pierre Henin, responsable des services de soins intensifs (USI) au CHR Jolimont.

>> Le Dr Hénin téoigne de la pression sur les soins intensifs où 50 % des lits sont dédiés aux malades du Covid : «Nos équipes sont au bout du rouleau»

>> Il aborde aussi des thèmes aussi délicats que la vaccination obligatoire et la vaccination des enfants.

Notre sélection vidéo