Une quinzaine de mineurs étrangers non accompagnés ne pourront pas être accueillis au Petit-Château mercredi

Une quinzaine de mineurs étrangers non accompagnés ne pourront pas être accueillis au Petit-Château mercredi

« Pour la première fois depuis la crise migratoire de 2015, une quinzaine de MENA ne pourront être accueillis », dénonce mercredi auprès de Belga le délégué général aux droits de l’enfant, Bernard De Vos. Il précise se rendre régulièrement sur place pour soutenir les personnes qui attendent dans le froid.

Une trentaine de MENA ont été identifiés dans la file d’attente mercredi matin par Fedasil mais seules 16 places sont disponibles au Petit-Château aujourd’hui et les centres d’accueil sont saturés.

« C’est une situation inacceptable d’autant plus que l’on savait depuis plusieurs jours que cela allait encore se détériorer. En tant que défenseur des droits de l’enfant, c’est insupportable de voir cela », ajoute-t-il.

« J’ai expressément demandé à Fedasil d’accueillir tous les mineurs d’âge. Cette situation est inacceptable et je veillerai personnellement à ce que leur accueil soit respecté. Mieux vaut prendre le lit d’un adulte, que ne pas avoir de lit du tout », a réagi sur Twitter le secrétaire d’État à l’Asile et à la Migration Sammy Mahdi (CD&amp ; V).

« En attendant, le Service des Tutelles doit de toute urgence faire ce que l’on attend de lui : effectuer des tests d’âge. En cas de doute, 70 % d’entre eux s’avèrent être majeurs. Mais si nous devons attendre des mois pour obtenir une réponse, ces demandeurs d’asile adultes prendront la place des enfants. »

Sammy Mahdi rappelle par ailleurs, via un communiqué, que le Service des Tutelles est une compétence qui revient au SPF Justice. « J’alerte donc une nouvelle fois le ministre de la Justice sur l’urgence d’investir dans le Service des Tutelles pour accélérer les tests d’âge », plaide-t-il.

Les chiffres fournis par le secrétaire d’État montrent que cette année, un tiers des personnes présentes dans le réseau d’accueil Fedasil sont des mineurs non accompagnés. Une tendance fortement à la hausse puisqu’en 2020, ce chiffre s’élevait à 15 % et en 2019, à seulement à 9 %.

Depuis le début de l’année, 3.018 MENA se sont inscrits auprès de Fedasil et 1.991 tests d’âge ont été effectués. Environ 70 % de ces tests ont montré que ces demandeurs d’asile étaient bel et bien majeurs.