Il attirait ses petites voisines avec son poney et les menaçait si elles le dénonçaient: «J’aime mon père mais pas comme ça»

Il a clairement abusé de la vulnérabilité de ses victimes.
Il a clairement abusé de la vulnérabilité de ses victimes. - DR

C’est en septembre 2020 que l’une des petites victimes le dénonce à ses parents : « Louis voulait toucher ma nénette. Je ne voulais pas mais il l’a fait quand même ». Louis, c’est un marginal qui vit dans une étable sans eau ni électricité à Epinois, il est chargé de s’occuper des moutons dans la propriété. Des moutons mais surtout du poney qui attire les enfants du voisinage qui adorent le caresser et le nourrir.

Et parmi eux, deux fillettes particulièrement vulnérables, scolarisées dans l’enseignement spécial et un jeune garçon qui souffre d’autisme. Car l’enquête, diligentée après la dénonciation, a malheureusement démontré que Louis a fait plusieurs victimes.

L’enquête a permis d’identifier sa fille comme autre victime  : « J’aime mon père mais pas comme ça »

► « C’est une bombe à retardement dans leur cerveau » : l’avocat des parents d’une des fillettes fait état des séquelles subies par les victimes