Les confidences d’Isabelle Forêt, la mère des enfants de Cloclo

Les confidences d’Isabelle Forêt, la mère des enfants de Cloclo

Cela fait 40 ans, ce 11 mars, que Claude François nous a quittés, victime à son domicile du 46, boulevard Exelmans, à Paris, d'un œdème pulmonaire provoqué par une électrocution accidentelle dans sa salle de bains alors qu'il prenait un bain. Il n'avait que 39 ans. La France perdait ce jour-là l'un de ses chanteurs les plus populaires.

Au terme de la très belle messe célébrée, ce samedi, à son intention en l'église Notre-Dame d'Auteuil, dans le 16e arrondissement de Paris, là où furent organisées ses obsèques le 15 mars 1978, nous retrouvons Isabelle Foret, la mère de ses enfants, Claude Junior et Marc. Interview exclusive.

Qu’avez-vous ressenti pendant cette messe ?

Aujourd’hui, c’est un très bel hommage. 40 ans après, moi je suis quand même impressionnée de voir qu’il y a autant de fans et de gens présents, toutes générations confondues, qui perpétuent la mémoire de Claude. Ça c’est magnifique !

De quelle manière le père de vos enfants vivait-il sa foi ?

Il était croyant. Mais on allait en cachette quelquefois à l’église de Dannemois.

Claude François priait beaucoup ?

Ça lui arrivait de prier, bien sûr.

À quoi ressemble votre vie aujourd’hui ?

Je suis journaliste spécialisée. J’ai créé le blog « www.femivin.com ». Mon arrière-grand-père était vigneron en Bourgogne. C’est ma grand’mère qui a initié dès l’âge de 10 ans mes papilles gustatives et fait naître en moi une véritable passion pour la viticulture et le vin. Après l’adolescence, j’ai dévoré plus de 300 ouvrages sur le vin et la vigne que j’ai mis en pratique jusqu’au jour où j’ai croisé sur mon chemin un « prince charmant », un homme qui m’a détourné par amour de cette passion pour m’en faire découvrir une autre, « lui », puis celle des joies de la maternité et du rôle de mère au foyer. Ce n’est qu’après les premiers pas de mon troisième enfant que je me suis sentie enfin prête à franchir une autre étape de ma vie. J’ai suivi une formation d’œnologie et le destin a fait le reste.

A lire: Martine Clémenceau : « Claude François est comme mon jumeau »

A lire: En pèlerinage avec les fans belges de Cloclo

A lire: Le policier qui était au domicile de Claude François le jour de sa mort témoigne

A lire: Julie Bocquet, fille de Cloclo: «Je commence à mieux me sentir»

Notre sélection vidéo