Abonnez-vous à -50%

Malgré le scandale sanitaire, l’abattoir de Veviba tourne toujours à Bastogne

L’instruction judiciare se poursuit dans le cadre du scandale Veviba.
L’instruction judiciare se poursuit dans le cadre du scandale Veviba. - S.MN.

Le scandale Veviba, du nom de cette entreprise bastognarde spécialisée dans la viande, n’en finit pas de faire des remous depuis la semaine dernière.

Reprenons. Le 28 février dernier, une perquisition de grande ampleur a été menée par la police fédérale avec l’assistance de l’AFSCA sur le site de l’abattoir de Bastogne, exploité par la société VEVIBA, filiale du groupe Verbist. Cette perquisition a été ordonnée dans le cadre d’une instruction ouverte par le Parquet du Luxembourg à la suite de suspicions d’irrégularités au niveau de la traçabilité de certains lots de viande provenant de cet abattoir et exportés vers l’étranger ainsi qu’en rapport avec la certification « bio » d’une partie de la production. À la suite de cette perquisition, l’AFSCA a pris différentes mesures relevant de sa compétence administrative. L’instruction judiciaire se poursuit en parallèle.

La suite est connue : le retrait des agréments des ateliers de découpe et d’étiquetage du centre de valorisation de la viande Veviba a été décidé par l’AFSCA et le ministre fédéral de l’Agriculture Denis Ducarme.

> Mais l’abattoir, lui, tourne toujours. Comment est-ce possible ?

> Une réunion des employés a eu lieu ce lundi. Découvrez leur réponse.

> Scandale chez Veviba : tout bénef pour les circuits courts ?

Notre sélection vidéo