Notre destination de la semaine: balade-détente à la découverte de la vallée du Hoyoux

Pour se ressourcer.
Pour se ressourcer. - Syndicat d'Initiative «Entre Eaux & Châteaux»

L’affluent de la Meuse sort de terre à Verlée, dans la commune de Havelange, entre Namur et Durbuy. La rivière ne parcourt que 28 km avant de se perdre dans le fleuve alors nourrie et renforcée par de multiples ruisseaux qui croisent son trajet.

C’est à hauteur de Modave que la rivière s’emballe dans une vallée profonde et acquiert le débit le plus rapide de toutes les rivières de Belgique. Autant d’attraits visuels et auditifs qui émoustillent la curiosité de toutes les générations.

Une réserve d’eau pour Bruxelles

Son devenir en étonnera plus d’un et démontrera une fois encore que les petites rivières ont d’infinies ressources ! Aussi incroyable que cela puisse paraître, le Hoyoux alimente partiellement Bruxelles en eau potable.

Depuis 1922, la Compagnie Intercommunale des Eaux capte l’or bleu. En 1941, elle rachète le domaine de Modave pour y aménager une réserve naturelle de 450 ha pour protéger les sources.

Le château

Le point fort de la vallée est le château de Modave, point de repère pour la région.

Les petites filles le qualifient de château de princesse, les visiteurs de bâtisse exceptionnelle qui laisse pantois et qui mérite d’être inscrite sur la liste exhaustive de Patrimoine Majeur de Wallonie.

Malgré ses origines féodales, le château a gardé des dimensions humaines. Seule l’épaisseur des murs des sous-sols subsiste. De place forte, il devient demeure de plaisance au 17ème à l’initiative du Comte de Marchin qui a à cœur de lui offrir la touche classique française du début du règne de Louis XIV.

Le château est entièrement meublé de pièces d’époque, judicieusement choisies par les propriétaires. Un inventaire témoigne de l’authenticité de chaque meuble et de la place que lui avaient attribuée les maîtres des lieux. Au rez-de-chaussée, dans la salle de garde, le plafond armorié agrémenté de stucs retrace l’histoire des Marchin. Il a fallu plus d’un an pour finaliser l’imposant arbre généalogique excentrique et original ! De remarquables stucs du XVIIe siècle ornent les plafonds tandis qu’aux murs se déploient lambris sculptés, tapisseries et grandes toiles. Le mobilier XVIIIe et XIXe siècles créent un ensemble harmonieux. Les amateurs se déplacent parfois de très loin pour venir l’admirer.

Alors que Marchin s’adonnait à la rénovation du château, Rennequin Sualem, un charpentier de Jemeppe-sur-Meuse, fils spirituel de Léonard de Vinci, inventait une machine hydraulique destinée à élever dans la cour du château les eaux du Hoyoux. Dans la partie supérieure du parc, on peut encore voir la tour au-dessus de laquelle les eaux étaient montées (50 m).

À l’époque, une machine d’une telle puissance était une œuvre de génie civil, une merveille qui inspira les architectes du château de Versailles pour alimenter les étages en eau.

La visite dure à peu près deux heures, jardins compris. Des audio-guides sont à disposition. Le parcours mène du rez-de-chaussée au 1er étage pour se terminer par les sous-sols et la projection d’un film sur les captages de Vivaqua, société propriétaire du château et de la réserve naturelle qui l’entoure.

Les jardins sont accessibles gratuitement durant les heures d’ouverture du château.

Le domaine est doté d’un hôtel, d’un restaurant et d’un centre de séminaire. Plusieurs fois par an, des événements grand public animent les lieux : concert, théâtre, pique-nique géant…

Les dépendances sont régulièrement louées pour des événements d’entreprise, des mariages et autres fêtes familiales.

Le château est ouvert jusqu’à la mi-novembre, de 10h à 18h. En dehors des vacances d’été, il est fermé le lundi. Il est exceptionnellement ouvert aux fêtes de fin d’année. Pour les détails, il est conseillé de consulter le site internet du château. 25 salles à visiter.

Notre sélection vidéo