Guillaume Labbé («Plan Cœur»): quels points communs partage-t-il avec son personnage, le détestable Maxime? Il nous répond!

Exclusif
Guillaume Labbé («Plan Cœur»): quels points communs partage-t-il avec son personnage, le détestable Maxime? Il nous répond!

Que nous réserve la saison 3 de « Plan Cœur » ?

Mon personnage est encore pire que dans les saisons d’avant ! Vraiment pire, surtout dans son machisme. Je ris beaucoup à jouer ce personnage. Il n’est même pas méchant, il est juste tellement idiot. Et il fait un peu de politique maintenant, il est démago, sexiste, simplet… Après, moi, je le trouve incroyablement touchant, parce que c’est plus de la candeur et une mauvaise éducation un peu à l’ancienne qui fait ce qu’il est. Il va énerver beaucoup de gens, mais on voit qu’il essaie d’être quelqu’un de meilleur. C’est un plaisir de le jouer.

Avez-vous senti un « effet Netflix » après le succès de la première saison ?

C’est tellement dur de s’en rendre compte. Professionnellement, je ne sais pas vraiment dire, parce qu’avant, j’ai plutôt fait du cinéma. Y a une espèce de continuité, j’ai continué à tourner, j’ai eu cette chance donc, je ne sais pas si Netflix a vraiment eu un impact sur ma carrière. Pour le coup, y a que les réalisateurs, et peut-être mon agent, qui pourraient dire que c’est grâce à « Plan Cœur » que les professionnels me rencontrent davantage. Moi, j’ai pas eu l’impression tout d’un coup de recevoir plus de demandes de rendez-vous. Il y en a eu plus, mais je ne sais pas si c’est la continuité normale. (Rires.) En revanche, j’ai pris conscience qu’il y a énormément de gens qui ont regardé « Plan Cœur » et qui m’ont découvert grâce à cette série alors qu’objectivement, dans la première saison, j’étais pas très présent. Et malgré ça, alors que j’avais fait des films où j’avais des rôles plus importants avant, les gens me reconnaissaient plus de Netflix. Donc j’ai bien vu la puissance de frappe sur les réseaux sociaux, c’est assez étonnant. J’ai énormément gagné en popularité au niveau du public grâce à Netflix.

Auriez-vous aimé poursuivre l’aventure ?

J’aurais aimé continuer dans le sens où on s’entend tous super bien avec les comédiens, et on travaille bien avec la réalisatrice, l’équipe… Mais non, trois saisons c’est pas mal. Ça permet de partir sur d’autres projets, d’être un peu plus libre.

Qu’avez-vous le plus apprécié dans cette série ?

Le ton ! J’ai trouvé que c’était moderne et drôle. Et, très égoïstement, mon personnage. Il est atroce mais je l’adore. Il a un côté pervers narcissique, il est violent avec les femmes… mais j’aime bien les personnages comme ça, qui peuvent être vraiment méchants, durs. Parce que j’aime bien essayer de trouver en eux leur humanité, ce qui fait qu’ils sont comme ça. Généralement, c’est la peur. C’est qu’ils ont peur de quelque chose.

Comment avez-vous travaillé votre personnage ?

Je me suis inspiré de mon père ! Mon père, c’est Maxime ! Non pas du tout, je rigole. Je n’avais pas de modèle, j’ai puisé mon inspiration surtout dans des lectures. J’ai étudié la psychologie, il y a des archétypes de personnalités, d’études de cas qui m’ont aidé à forger Maxime.

Partagez-vous malgré tout des points communs avec Maxime ?

Je connais la sensation, qui est absolument immonde, d’être avec quelqu’un, d’arrêter la relation, de le sentir partir et de vouloir le récupérer que par possessivité. J’ai déjà ressenti ça. On confond cette pensée avec de l’amour, mais en fait c’est juste un sentiment très humain de jalousie qu’il faut refréner, parce que c’est pas bon ni pour l’autre, ni pour soi…

Quels sont vos projets ?

J’ai des projets d’écriture, parce que j’écris à côté pour de la fiction – télé, ciné, plateforme… Et en jeu, j’ai tourné la saison 2 de « Je te promets », et il y aura une saison 2 de « L’école de la vie » mais ça, le concept de la série canadienne veut qu’on s’intéresse à un professeur différent de saison en saison. Donc moi, je serai potentiellement là dans la suite, parce que c’est la même équipe, mais ça sera pas quelque chose qui va me prendre beaucoup de temps. Et d’autres choses à venir, mais je ne peux pas en parler pour le moment.

Un petit mot sur la saison 2 de « Je te promets » ?

Mon personnage est extraordinaire. Il est ultra-prenant, parce qu’il se passe beaucoup de choses encore dans le passé. On va apprendre la façon dont son est décédé, ce sera très émouvant. Et puis mon personnage va partir dans une grave dépression, avec de la drogue… on va le voir beaucoup plus noir et dur que ce qu’il était.

Notre sélection vidéo