Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Philippe, non-vacciné, obtient un Covid Safe Ticket... pour 300 euros: «C’était simple comme bonjour, en 24 heures je l’avais!»

Il possède un CST valide sans être vacciné.
Il possède un CST valide sans être vacciné. - Belga

Quand Philippe (prénom d’emprunt) présente son Covid Safe Ticket (CST), il ne rencontre aucun problème. Tout est en ordre, il est bien protégé avec trois doses de vaccin. Enfin, c’est ce qui est indiqué. La réalité est tout autre.

En réalité, il fait partie de ces Bruxellois qui ne sont pas encore passés par la case vaccination. L’instauration du CST en octobre 2021 pour toute une série d’endroits (restaurants, bars, café, boîtes de nuit, cinéma, théâtre, salles de concerts et salles de sport), ne l’a pas poussé à se faire vacciner. « J’utilisais le pass sanitaire d’un ami mais ce n’était pas pratique », confie Philippe.

Depuis un peu plus d’une semaine, il possède un coronapass à son nom. « Je devais passer un week-end à Paris avec ma mère. On voulait aller au Louvre et faire d’autres sorties mais il fallait le pass sanitaire », explique le jeune homme. C’est comme ça que naît l’idée de se procurer un faux laissez-passer.

> Après quelques recherches sur internet, il est envoyé sur des groupes de vaccinés et de non-vaccinés. Il entre finalement en contact avec une certaine Andy: «C’était simple comme bonjour. En 24 heures, je l’avais».

> À la base, Philippe l’assure, il ne comptait pas recourir à cette coûteuse supercherie mais sa mère l’a un peu soutenu. «C’est un peu bizarre qu’on m’oblige à faire quelque chose»

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Notre sélection vidéo