«Allez bien vous faire f**tre»: Lucie Bernardoni («Star Academy») menacée de mort après avoir défendu Stromae face aux attaques de Booba, elle répond

«Allez bien vous faire f**tre»: Lucie Bernardoni («Star Academy») menacée de mort après avoir défendu Stromae face aux attaques de Booba, elle répond
Instagram Lucie Bernardoni / Instagram Booba / TF1

Il y a maintenant une dizaine de jours, Stromae créait la surprise sur le plateau de TF1, dévoilant son single « L’enfer », en chanson, en réponse à une question d’Anne-Claire Coudray. Depuis, ce qui s’annonce déjà être un tube comptabilise plus de 10 millions de vues sur Youtube, et permet notamment de remettre sur la table la problématique du suicide.

Une séquence qui n’a pas plu au rappeur Booba : «  L’autre (Stromae, ndlr), il revient gonflé au xanax sur TF1 et nous parle de sa dépression. Mais fréro, le monde entier est en train de couler et on s’en bat les couilles de ta vie. Tu nous sers à quoi ? On t’a pas attendu pour déprimer. Nous, on n’a plus aucune liberté. Va prendre tes cachetons et reste au lit ! », avait-il lâché sur les réseaux sociaux.

Des propos qui ont très vite fait polémique, et qui ont fait bondir Lucie Bernardoni (« Star Academy », saison 4). Sur Instagram, elle écrivait : « Nous autres, les gens angoissés et dépressifs, souhaitons à Booba une bonne crise d’angoisse. Une vraie, celle qui te fait croire que tu es en train de mourir, avec les sueurs, le cœur qui s’accélère, la totale. Faut-il encore avoir la sensibilité et les neurones nécessaires pour qu’elle arrive. »

Ce lundi, Lucie Bernardoni s’est une nouvelle fois exprimée, en réponse à la vague de haine qu’elle s’est prise sur les réseaux sociaux : « Quand je lis certains commentaires ici ou là depuis quelques heures, quand je prends conscience de la gentillesse de certains et de l’inconscience des autres qui me souhaiteraient de ’me jeter sous un pont’ entre autres réjouissances, je me demande si certains se rendent compte de ce qu’ils écrivent.  »

Et de poursuivre : « Il va falloir être coriaces et forts les petits. Ce monde est difficile, mais gardez en vous, toujours, cette petite lumière d’enfance qui peut vous emporter n’importe où. »

« Et à ceux qui insultent, souhaitent ma mort ici ou ailleurs, pour si peu, allez tous bien vous faire f**tre. Je bénis le temps des face-à-face où l’anonymat ne permettait pas toute cette haine gratuite envers les autres. Encore une fois, moi, j’écris en mon nom. J’assumerai toujours tout ce que je pense sur des sujets qui me touchent. J’aimerais tant voir en face les lâches derrière leurs écrans. Je suis une femme, je parle haut et j’écris fort. Qu’importe. Menacez-moi, insultez-moi. Continuez, si certains le souhaitent. Mais n’oubliez jamais qu’un jour, tout se paie. Toujours. Le karma, paraît-il. Bonne journée à tous. Même les c**nards, si ça peut les calmer  », conclut-elle. Voilà qui a le mérite d’être clair !