Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Tentative de meurtre à Rogier: le dispatcher de la Stib qui a filmé la scène a été identifié, il risque le licenciement!

Vidéo
Capture de la vidéo choc de la tentative de meurtre.
Capture de la vidéo choc de la tentative de meurtre. - D.R.

Comme nous le révélions vendredi soir en exclusivité, il y a eu une tentative de meurtre à Bruxelles dans la station de métros Rogier, peu après 19 h 40. Une victime a été poussée sur les rails du métro tandis qu’une rame arrivait en station.

Youssef, le conducteur de la Stib, est heureusement parvenu à effectuer un freinage d’urgence et il a ainsi pu éviter le pire in extremis. « Il a très vite réagi. Il a certainement aperçu une situation anormale en station et il a agi en conséquence », raconte An Van Hamme, porte-parole de la Stib.

L’identité de l’auteur de la tentative de meurtre du métro Rogier se dessine : il s’agit de Benjamin P., un Français de 23 ans, originaire d’un village situé dans le département de la Meuse, à 70 km de Nancy et 400 km de la capitale belge, rapportent nos confrères du Nieuwsblad. Il a été placé sous mandat d’arrêt. À ce jour, nous ne savons toujours pas ce qui a pu le pousser à commettre un tel acte.

De son côté, la victime, quinquagénaire, est évidemment très marquée par l’événement. Son épaule a été fracturée dans sa chute.

Un dispatcher suspendu

Ce mardi midi on apprend, via nos confrères de la DH, que la personne qui a filmé la scène a été identifiée. Dans le cadre d’une procédure disciplinaire, un dispatcher de la Stib a été sanctionné. L’homme, qui travaille au sein de la société des transports intercommunaux de Bruxelles depuis 30 ans, a en effet été suspendu.

Cette suspension est à l’origine d’une pétition, dans laquelle le personnel de la Stib vient en soutien à leur collègue. Ce dernier risque le licenciement.

On peut lire sur la pétition que « la direction a été plus rapide pour suspendre l’intéressé que pour apporter un soutien au conducteur héroïque de la rame, lequel n’avait reçu lundi soir aucun appel ou soutien de la part de la STIB, alors qu’il a besoin d’une assistance psychologique d’urgence ».

Des déclarations démenties formellement par la porte-parole de la Stib Françoise Ledune qui explique « que le conducteur a reçu tout le soutien psychologique nécessaire le soir même et qu’il le reçoit d’ailleurs encore ».

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo

Téléchargez notre nouvelle appli Sudinfo