Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

La commission Santé s’accorde avec peine sur l’organisation d’auditions pour un débat sur l’obligation vaccinale

La commission Santé s’accorde avec peine sur l’organisation d’auditions pour un débat sur l’obligation vaccinale
Belga image

La liste des personnes ou organisations qui seront entendues n’est pas encore arrêtée. Seule une première ébauche contenant 17 noms a jusqu’à présent fait l’objet d’un accord, étant entendu que les groupes politiques fourniront d’ici mercredi d’autres noms pour la compléter.

Les auditions commenceront le 26 janvier et s’étaleront en principe sur quatre séances. À l’issue de la dernière conférence des présidents, il a été décidé qu’un débat en plénière aurait lieu avant le congé de Carnaval. L’opposition a dit ne pas vouloir s’enfermer dans un timing. Le président, Thierry Warmoes, a assuré qu’à un moment des travaux, la commission ferait le point.

« Nous voulons un débat approfondi, scientifique. Nous ne sommes pas là pour exécuter l’agenda de la Vivaldi », a averti Kathleen De Poorter (N-VA). La députée nationaliste a notamment mis en garde la majorité : il ne s’agit pas de fournir un alibi d’ici le 1er avril à l’entrée en vigueur prévue de l’obligation vaccinale des patients.

Le PTB s’est quant à lui inquiété des intentions du gouvernement. Les communistes sont opposés aussi bien à l’obligation vaccinale qu’au passe sanitaire à la française. « Est-ce l’intention du gouvernement de garder le Covid Safe Ticket tel qu’il est ou veut-il le transformer en une passe sanitaire sans tenir compte de nos travaux ? », a demandé Sofie Merckx.

Plusieurs noms connus

Les noms retenus posent également des questions. Plusieurs députés ont dit leurs craintes que le débat ne se résume à l’audition d’experts dont l’avis est déjà bien connu et qui ont pignon sur rue. « Nous ne sommes pas là pour nous représenter mais pour représenter la population. Ce débat doit être équilibré, par respect pour la population », a souligné Daniel Bacquelaine (MR).

La N-VA ne veut pas entendre parler de veto qui seraient mis sur des noms proposés par d’autres… entendez notamment l’extrême-droite. Le VB s’est indigné de ne voir qu’une seule de ses propositions retenues dans la proposition de base du président, Thierry Warmoes (PTB). Une erreur a entretemps été corrigée et d’autres noms pourront être proposés.

Parmi les premiers noms connus, l’on retrouve le virologue Emmanuel André et l’épidémiologue Marius Gilbert, le psychologue Vincent Yzerbyt, des institutions comme Unia. Plusieurs députés ont annoncé qu’ils demanderaient également à entendre des représentants des généralistes et des pédiatres. Des juristes sont aussi annoncés. Les partenaires sociaux seront entendus dans une séance à part ainsi que le commissaire à la lutte contre le coronavirus, Pedro Facon.