Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Vandenbroucke pas favorable à un changement des règles de quarantaine: «Tous les 3 jours il y a une demande, cette fois-ci des écoles, c'est pas bon»

Vandenbroucke pas favorable à un changement des règles de quarantaine: «Tous les 3 jours il y a une demande, cette fois-ci des écoles, c'est pas bon»
Photonews

Le ministre de la Santé Frank Vandenbroucke (Vooruit) n'est pas favorable à ce que l'on change trop souvent les règles de quarantaine dans l'enseignement. "Le fait qu'on nous demande de changer les règles presque tous les trois jours n'est pas une bonne chose en soi", a déclaré le ministre mercredi dans De Ochtend sur Radio 1.

L'appel à la révision des règles de quarantaine s'est à nouveau fait entendre mercredi, cette fois par les centres d'orientation scolaire. Le ministre Vandenbroucke n'a pas voulu faire trop de commentaires à ce sujet, bien qu'il ait dit que ce n'était pas une bonne chose que les règles soient constamment modifiées. Il a réitéré son appel à l'installation d'un compteur de CO2 dans chaque classe.

À l’inverse, le ministre flamand de l’Enseignement, Ben Weyts (N-VA), s’est dit ouvert à cet appel des CLB, soulignant que les pédiatres la partageaient. La règle actuelle dans l’enseignement fondamental est de fermer une classe pour cinq jours de quarantaine dès le signalement de quatre contaminations (ou 25% de la classe).

Vandenbroucke est également favorable à la vaccination de rappel pour les jeunes entre 12 et 18 ans. Dans notre pays, l'avis sur ce sujet a déjà été demandé au Conseil supérieur de la santé, mais il n'y a toujours pas d’avis de l'Agence européenne des médicaments (EMA).

Il s'est également prononcé en faveur d'une politique 1G avec un certificat de vaccination. Selon lui, il s'agit d'un instrument plus flexible qui peut être sollicité en cas de pandémie. Pour parler en termes de baromètre corona : une telle preuve ne serait pertinente qu'en code orange ou rouge. Vandenbroucke a toutefois fait remarquer que le dossier n'est pas sur la table aujourd'hui et qu'il nécessite un débat démocratique fondamental.