Abonnez-vous au journal de votre région et recevez en cadeau une montre connectée Samsung Galaxy Watch4 ou un robot multifonction Domo

Face au variant Omicron et à l’explosion des cas, les écoles font de la résistance: «La situation est d’ores et déjà critique»

De plus en plus de places restent vides en classe...
De plus en plus de places restent vides en classe... - Photo-prétexte Jean-Marie Champagne

Le variant Omicron fait des ravages dans la société et les écoles ne sont, bien sûr, pas épargnées. Dix jours après la rentrée, l’absentéisme flirte déjà avec les taux que l’on rencontrait, lors des vagues précédentes, à 15 jours des vacances. « Il faut sans doute considérer que la situation est d’ores et déjà quasiment critique dans la perspective d’une organisation soutenable des écoles », explique Étienne Michel, patron du Segec (enseignement catholique).

Illustration en secondaire, à l’Institut Saint-Ferdinand de Jemappes : « Nous avons comptabilisé mardi 140 élèves absents sur un total de 800, 15 % d’absentéisme parmi nos enseignants et la situation s’accentue de jour en jour. Nous réalisons nous-mêmes les mesures, sans attendre le tracing ou le PSE qui sont débordés, car nous voulons être les plus efficaces possible pour nos élèves, parents et notre personnel », explique Geoffrey Ladrière, directeur-adjoint.

►► Il se chuchote que de plus en plus d’écoles secondaires envisagent de fermer leurs portes si ça s’aggrave.

►► Certains se demandent s’il ne faut pas évoquer la situation dès vendredi au Comité de concertation…